mardi 6 septembre 2016 à 8:50
EXCLU

Vous avez forcément déjà aperçu Drea lors de la retransmission d'un EPT. Souriante, fun et énergique, elle connaît le circuit sur le bout des ongles. Gaëlle a donc choisi de l'interroger à propos de la vie des masseuses dans le monde du poker, de leurs revenus, de leurs rapports... et bien sûr des joueurs !

Drea masseuse EPT
(crédit photo : veunstyle / Winamax)

Salut Drea ! Quand as-tu commencé à travailler pour les EPT et comment fonctionne le recrutement des masseuses ?

J'ai débuté il y a trois ans. Une place venait de se libérer et une amie qui travaillait déjà ici m'a tout de suite prévenue. Ce type d'opportunité est vraiment rare. Les places sont très prisées, et en gros à moins qu'une fille ne meure personne ne laisse sa place ! (rires)

On voyage, on gagne beaucoup d'argent sur les tournois... Tout le monde a tendance à s'accrocher à son poste.

 

Comment ça se passe concrètement en terme d'organisation ? J'imagine que la situation des masseuses est assez différente de celle des croupiers. Vous devez trouver votre propre logement, payer vos déplacements...

Effectivement, rien n'est pris en charge. Nous assumons toutes nos dépenses, mais ça en vaut la peine car on rentre vite dans nos frais. Il suffit de quelques jours à peine car l'activité est très rémunératrice. On parle de 1,80 € la minute en Europe et de 2 $ la minute aux États-Unis. C'est beaucoup au vu du nombre d'heures travaillées.

 

Qu'aimes-tu le plus dans les EPT ?

Je parle beaucoup avec tout le monde, je rencontre des gens de tous les horizons... Et puis ça me permet de voyager souvent, chose que je ne faisais jamais avant. Pour tout dire, je n'avais jamais mis les pieds en dehors du territoire américain avant de travailler sur les EPT. Le PCA a été mon premier vrai voyage. Les Bahamas sont une destination plutôt sympa ! (rires)

Mais sinon d'une manière générale, je suis quelqu'un qui aime beaucoup parler et essayer d'aider les gens à se sentir mieux, à se détendre...

 

Travailles-tu sur d'autres circuits ? Quelles sont les différences ?

Je travaille aussi sur des tournois en Floride et sur les World Series, qui ont leur propre société de massage. Il n'y a pas vraiment de différences entre tous ces événements. La mentalité est différente aux États-Unis, mais les horaires et les tarifs restent identiques. C'est juste une autre ambiance.

Il faut dire aussi que sur les EPT, c'est la même équipe qui officie depuis très longtemps. L'état d'esprit est excellent, nous sommes très soudées entre nous. Ce n'est pas forcément le cas sur d'autres tournois. J'adore mes collègues européennes.

 

Avec qui es-tu devenue proche à force de voyager sur le circuit ? Quel est ton joueur préféré ?

Je me suis liée d'amitié avec pas mal de gens, mais Marvin Rettenmaier reste mon préféré ! Nous sommes très amis, c'est le meilleur !

 

Quelle est la chose la plus bizarre ou drôle à laquelle tu aies assisté à une table de poker ?

Récemment, j'ai surpris quelqu'un en train de nous filmer avec son téléphone. Toutes les masseuses. C'était vraiment dérangeant. On a appelé le staff. Il s'est excusé et a été contraint d'effacer ses vidéos. C'était très bizarre comme situation.

L'histoire la plus drôle, c'est un couple d'Europe de l'Est. Ils ne parlaient pas du tout anglais, mais ils voulaient que j'aille dans leur chambre. Ils essayaient de se faire comprendre à base de "Toi, moi, ma femme, on y va ?". J'étais vraiment gênée. Non merci !

Drea et Gaëlle

Et quelle est la situation la plus désagréable que tu as eu à gérer durant ta carrière ?

C'est arrivé lors de ce dernier EPT. J'ai massé quelqu'un pendant trois heures, d'abord à la table puis dans le couloir après son élimination. Mais au moment de payer il a refusé en prétextant qu'il pensait que c'était gratuit. J'ai dû appeler le staff de PokerStars et la sécurité. Ils lui ont demandé de me payer mais il n'avait pas un centime sur lui. Le staff a donc voulu prendre de l'argent sur son compte joueur, mais là encore il n'y avait rien. Donc malheureusement il n'y avait rien à faire et il a fallu le laisser partir. J'étais vraiment très énervée : quatre heures de perdues en tout ! Et je suis convaincue qu'il savait parfaitement ce qu'il faisait...

 

Quelles sont les habitudes que les joueurs ont parfois et que vous n'aimez pas ?

Ils ont tendance à souvent bouger, ce qui peut poser problème. Mais le pire c'est quand ils se font éliminer au milieu d'un massage et qu'ils vous le reprochent ensuite. Ça arrive tout le temps ! L'inverse est aussi vrai : il leur arrive de me dire que je leur porte chance. Je n'apprécie pas davantage car dès qu'un mauvais coup se produit la situation se retourne. Une bonne fois pour toutes, messieurs : nous n'avons aucune influence sur ce qui se produit à table ! (rires)

 

J'imagine que vous vous faites souvent draguer par les joueurs, non ?

Non, c'est très rare. Presque jamais (rires)

Je plaisante, évidemment. Ça arrive tout le temps, tous les jours ! "Que fais-tu ce soir ? Viens, on va prendre un verre. Je peux avoir ton numéro ?" C'est inévitable.

 

Qui sont les meilleurs clients ?

Je vais forcément répondre que ce sont ceux qui laissent des pourboires généreux et qui sont faciles à masser. J'ai par exemple un client régulier pendant les World Series. Je le masse parfois pendant six heures d'affilée. Et en plus il ne bouge pas !

 

C'est tout de même un travail fatigant, assez physique et qui oblige à rester debout toute la journée. Comment rester concentrée et en forme ?

À force, le corps s'habitue à ce rythme. Généralement, pendant les tournois on dort très peu. Seulement quatre à cinq heures par nuit, pour une durée de travail qui oscille entre treize et quinze heures. Alors bien sûr c'est épuisant, mais à force on s'y fait. Il y a aussi un effet de groupe qui pousse à continuer. On se soutient beaucoup entre nous.

Pour le reste, adopter une bonne hygiène de vie est important. On mange sainement, on ne fait pas la fête pendant l'événement, on se masse entre nous pendant les pauses... Beaucoup de gens nous encouragent à sortir davantage mais c'est impossible. Nous sommes là pour gagner de l'argent avant tout.

 

On peut avoir une idée de ce que masser sur un EPT rapporte en moyenne ?

Je dirais qu'en moyenne ça tourne autour de 950 € par jour, sans compter les pourboires. Mais les journées peuvent être assez différentes d'une destination à l'autre. À Barcelone, par exemple, on travaille de midi à 2h car on ne s'occupe pas des tables de cash game. À l'inverse, à Monaco, on peut régulièrement finir à 6h du matin.

 

PokerStars vient d'annoncer la transformation du circuit EPT en un PokerStars Festival. Qu'est-ce que ça va changer pour vous, les masseuses ?

C'est un gros changement ! On va continuer à se déplacer sur les tournois. Vu que je suis Américaine c'est plutôt une bonne nouvelle pour moi, avec beaucoup de déplacements plus proches. Les masseuses européennes, en revanche, vont être pénalisées. Elles devront assumer plus de frais. Et puis l'équipe va être un peu modifiée. Dans le New Jersey, par exemple, ils ne vont prendre que des Américaines.

 

Quelle est ta destination favorite ?

Je dirais Barcelone, mais en fait je ne connais pas très bien la ville car je n'ai jamais le temps de la visiter. J'aime aussi beaucoup Monte Carlo, c'est magnifique. En fait j'adore aller en Europe !

Drea et ses amies
Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Interview : Drea, la plus jolie et populaire des masseuses EPT
Cette news a suscité 2 commentaires :
News

Vous avez forcément déjà aperçu Drea lors de la retransmission d'un EPT. Souriante, fun et énergique, elle connaît le circuit sur le bout des ongles. Gaëlle a donc choisi de l'interroger à propos de la vie des masseuses dans le monde du poker, de leurs revenus, de leurs rapports... et bien sûr des joueurs !

[...] Lire la suite…




(crédit photo : veunstyle / Winamax)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 2 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mardi 20 février 2018 à 9:33
partypoker Millions Germany : le dernier titre pour Dominik Nitsche

Marqué par les coups d'éclat de têtes d'affiche comme Patrik Antonius ou Viktor Blom, le partypoker Millions Germany conclut sa séquence revival avec une belle seconde place pour Marcel Lüske. Le Néerlandais n'a quitté la scène du 10 300 € High Roller que sous les coups de boutoir d'un autre joueur de talent : Dominik Nitsche.

lundi 19 février 2018 à 10:46
Télex

Pour la deuxième semaine consécutive, Guillaume Diaz se prête au jeu de la session de tournois commentée en direct. Le volatile du Team Winamax vous attend dès 20h pour une soirée riche en analyses, en quiz et en anecdotes. Avec en prime la possibilité de briller lors d'un tournoi privé ou de gagner quelques tickets.

mercredi 14 février 2018 à 11:45
WPT Fallsview Poker Classic : un titre et une polémique pour Mike Leah

Ces quatre dernières années, Mike Leah avait remporté à trois reprises le side event à 1 100 $ du WPT Fallsview Poker Classic. Éliminé de son tournoi favori, le Canadien s'est cette année consolé dans la foulée avec la victoire du Main Event et son premier titre sur le World Poker Tour. Les circonstances du duel final ont toutefois beaucoup fait réagir outre-Atlantique.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
Aucun Tournoi de poker en ligne n'est actuellement prévu.