mardi 16 mai 2017 à 9:53
EXCLU

Face à Gaëlle, Gus Hansen s'est presque excusé de ne pas être en mesure de répondre en français, une langue que pratiquent sans difficulté sa mère et sa sœur. Mais le "paresseux de la famille", comme le champion danois se décrit lui-même, est totalement pardonné : ses confessions valent le détour et regorgent d'anecdotes ou de prises de position. Entretien avec une légende du poker.

Gus Hansen
(crédit : Card Player)

Salut Gus et merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions. Tu te faisais très discret sur le circuit depuis quelque temps, et là tu réapparais soudainement au Celebrity Cash Game du Kings Casino, puis au Pokerstars Championship de Monaco. Est-ce qu'on peut dire que tu es revenu pour de bon ?

Oui, on peut dire que je suis revenu sur la scène poker. Et quand j'aurai gagné le Main Event des World Series cet été, on pourra dire que je suis revenu tout court !

Plus sérieusement, j'ai travaillé sur pas mal d'autres projets ces dernières années. Durant cette période j'ai joué extrêmement peu au poker, avec par exemple un seul tournoi live ces deux dernières années. Je suis passé un peu au Rio pour les derniers WSOP, mais je n'ai joué que quelques parties de cash game.

Cette année, j'ai l'intention de jouer beaucoup plus. Peut-être même quelques tournois. J'ai retrouvé de l'appétit pour le poker. Ce jeu m'avait un peu fatigué, ce qui m'avait incité à me tourner vers d'autres projets, mais aujourd'hui j'ai vraiment hâte d'aller passer deux mois à Vegas.

 

Tu y prévois un gros programme ?

Oui, mais même si je reste deux mois je vais jouer très peu de tournois. Ce sont surtout les parties de cash game qui me font de l'œil. En ce qui concerne les WSOP, il y a une grande chance que je joue le 50 000 $ Championship, le Main Event, et si je me sens bien peut-être quelques autres même si a priori ce n'est pas ma priorité.

"En ce moment je suis attiré par l'une des variantes sur lesquelles je suis le plus mauvais : le Pot Limit Omaha"

À Monaco on t'a vu jouer tous les soirs. Sur quelles tables ?

Je pensais au départ jouer le 100 000 $ High Roller, mais finalement je me suis abstenu. J'ai aussi songé à disputer le Main Event, mais là encore j'ai changé d'avis. Au final je me suis uniquement concentré sur le cash game. J'ai toujours préféré ce format car il offre la possibilité de bien organiser son emploi du temps. J'ai aussi plusieurs amis qui sont venus. On joue beaucoup au squash et les tournois m'empêchent de faire pas mal de choses. Je préfère passer du temps avec mes amis, aller au restaurant... J'aime pouvoir jouer et m'arrêter quand je veux.

Mon séjour a commencé plutôt mal mais ça s'est amélioré dans les derniers jours. Vu qu'on est à Monaco, je dirais qu'il me reste tout juste assez pour m'acheter une boisson et un sandwich ! Je dois dire qu'en ce moment je suis assez attiré par l'une des variantes sur lesquelles je suis le plus mauvais : le Pot Limit Omaha. C'est assez étrange, j'en conviens, mais je trouve que c'est l'une des variantes les plus intéressantes. La plupart des gros tournois se jouent en No Limit, mais en cash game je préfère le Pot Limit. Ce n'est pas sur ce terrain que je suis le meilleur, mais j'espère bien m'améliorer ! Ces derniers mois, je m'y suis plutôt adonné en ligne, sur des limites relativement basses mais avec un gros volume. J'ai pas mal de théories intéressantes que j'ai l'intention de mettre en pratique sans pour autant perdre un million supplémentaire.

 

Quand on perd autant en ligne, comment s'en remettre et trouver la motivation de rejouer ?

En ce qui me concerne, je pouvais me permettre de perdre ces sommes. Elles résultaient de nombreux bons investissements, de gains en cash game ou en tournois... Bien sûr, a posteriori, j'ai bien conscience que ce n'est pas le meilleur choix que j'ai fait dans ma carrière. Mais bon je ne peux plus rien y changer.

Aujourd'hui, j'essaie de me montrer un peu plus intelligent dans mes choix. Je joue pas mal en ligne, mais à des limites sur lesquelles je peux gagner ou perdre quelques milliers de dollars seulement. Je me focalise davantage sur le jeu lui-même que sur les sommes misées. Naturellement je ne vais pas venir ici à Monaco jouer sur une 2/5, mais en ligne sans problème et si possible en essayant surtout de travailler sur mon jeu avec des amis.

 

Sur quoi travailles-tu en dehors du poker ?

Lorsque les gens te connaissent, généralement tu reçois pas mal de propositions orientées business. Parfois il y en a qui m'intéressent, donc je les étudie. Je suis toujours très à l'écoute, ce qui m'a amené à participer à plusieurs projets qui me plaisaient. Récemment ça a par exemple été le cas d'un projet musical au Danemark, mais malheureusement avec autant de réussite que sur les tables en ligne ces dernières années. Autant dire qu'il y a eu des hauts et des bas dans mes investissements !

Bref, j'aime le poker et le sport mais je ne me limite pas à ça. Si je trouve de bonnes opportunités ailleurs, je suis prêt à essayer.

 

Concernant le sport justement, tu pratiques aussi les paris sportifs ?

J'adore le sport mais je préfère ne pas parier dessus. Me connaissant ce ne serait pas une bonne chose. En revanche je travaille parfois avec des sportifs professionnels sur le sujet du coaching. C'est vraiment intéressant. J'ai pas mal d'idées, mais clairement le poker et le sport sont les deux domaines qui me passionnent le plus.

 

Tu jouais beaucoup au backgammon aussi à une époque. Il t'était même arrivé de zapper un jour 2 d'EPT au profit d'un challenge de backgammon. Tu n'y joues plus trop aujourd'hui ?

J'ai commencé ma carrière dans cette discipline, mais c'est vrai qu'aujourd'hui je n'y joue que très rarement. Le joueur classé numéro un actuellement est un de mes amis. Il est originaire d'Israël et se prénomme Mike, mais tout le monde l'appelle Falafel. Nous venons d'ailleurs de nous mettre d'accord sur un challenge que je jouerai à Las Vegas.

En ce qui concerne cette anecdote à Monaco, c'était il y a environ dix ans et ça concernait le 25 000 $ High Roller. J'étais encore dans le coup au jour 2 mais avec un très petit stack. Parallèlement je jouais très gros en backgammon. Il s'agissait de parties vraiment high stakes dans une des chambres de l'hôtel. Du coup j'ai finalement décidé que ça valait plus le coup de rester jouer ici plutôt que de me présenter avec mon petit tapis au tournoi.

"On commet tous des erreurs, c'est impossible de ne rien regretter. Moi-même j'en ai commis un paquet"

À quoi ressemble ta vie aujourd'hui ? Tu es installé où d'ailleurs ?

Je suis résident monégasque depuis quatorze ans maintenant. Je suis toujours ici très souvent. Un jour viendra où je retournerai vivre au Danemark. J'y ai d'ailleurs pensé l'an dernier quand je me suis investi dans ce projet musical qui a mal tourné, mais à présent je pense que je vais davantage me concentrer sur le poker et rester à Monaco. J'aime toujours ma vie ici. Je voyage aussi beaucoup, notamment à Las Vegas ainsi qu'au Danemark pour visiter mes proches.

 

En regardant en arrière, tu changerais certaines choses ou tu es plutôt du genre à ne rien regretter ?

Oh... C'est difficile de poser cette question à qui que ce soit et de trouver quelqu'un qui ne changerait rien. Ce serait un mensonge à mon avis. On commet tous des erreurs, c'est impossible de ne rien regretter. Moi-même j'ai commis un nombre incalculable d'erreurs. Puisqu'on parle du poker, je dirais par exemple que j'ai perdu trop de temps à me concentrer sur les mauvaises choses, l'une d'elles étant le poker en ligne. Heureusement on avance et on s'en sert comme leçon.

 

Avec tout ce que tu as déjà vécu, qu'est ce qui te motive à revenir sur le circuit ?

Eh bien j'avais hâte de pouvoir faire une interview avec toi ! (rires)

En fait.. je suis un joueur et j'ai toujours été un joueur. De toutes sortes de jeux. J'adore le poker, le backgammon, le bridge en ce moment, les échecs aussi même si je suis nul pour l'instant, le jeu de go... Je suis un compétiteur et les jeux sont mon univers. Tout comme le sport que je pratique toujours dans un esprit de compétition malgré mon âge avancé ! J'adore le challenge, l'analyse des autres, l'entraînement pour devenir meilleur... Compétition, poker, jeux d'argent : je resterai toujours dans les parages. Je suis meilleur au backgammon et au poker que je ne le suis dans tous les autres jeux, donc ce sont les univers dans lesquels je passerai le plus de temps. Et contrairement à ma carrière en ligne, je pense continuer de gagner dans ce domaine.

Gus Hansen et Gaëlle

Dirais-tu que le poker aujourd'hui est moins drôle et passionnant qu'il l'était par le passé, qu'il s'est en quelque sorte lissé ? En généralisant, on peut dire que les joueurs aujourd'hui se ressemblent un peu tous et ont la même histoire. Il y a moins de personnalités atypiques comme au début des années 2000.

Sur ce point, quand tu dis qu'ils ont tous le même parcours, bien sûr ça reste une généralisation mais j'ai tendance à être d'accord. Ce que j'aime, c'est le fait de raconter une histoire. C'est d'ailleurs pourquoi ce projet musical au Danemark m'avait plu. Si on n'a pas d'histoire à raconter, on s'endort. On peut se dire que les vieux noms du poker comme Doyle Brunson ou même Phil Hellmuth, même si je suis loin d'être fan du personnage, avaient au moins une vraie histoire. Quelque chose de différent et d'unique.

Oui je regrette un peu cette période, je dois l'admettre. Inutile d'être lisse et sans défaut. Nous n'avons pas à être tous issus du même moule. Pour moi, ça ne ferait pas de mal par exemple d'avoir des histoires de rivalités légendaires à la Nadal / Federer, plutôt que des joueurs tous façonnés à l'identique.

Gaëlle

Pour l'anecdote, vu que sa chemise est ouverte sur la photo, il avait fait un gros pari en se réveillant à 14h sur le fait qu'il rejoindrait le casino en vélo avant 15h. Il est finalement arrivé à moitié débraillé... à 14h58 ! 

"Je suis mon propre patron depuis 25 ans, et on peut dire que j'en ai bien profité !"

En quoi dirais-tu que tu es différent aujourd'hui d'il y a dix ou vingt ans ? Est-ce que le poker t'a changé ?

Oui, complètement. Le poker change les gens, et pas toujours dans un sens positif. La première chose qui me vient à l'esprit est plutôt négative. Il s'agit d'un milieu où on travaille seul, centré sur soi-même... Je suis vraiment devenu plus égoïste que je l'étais il y a vingt ans. La seule bonne chose, c'est que j'en suis conscient et que j'y prête attention. Mais je pense que peu importe les gens qui t'entourent et t'influencent, le poker te changera. Heureusement dans mon cas ce n'est pas aussi grave que pour certains joueurs.

Dans les bons côtés, je dirais que j'ai pu être mon propre patron pendant pas mal d'années, 25 pour être exact, et on peut dire que j'en ai bien profité ! Le fait que je fasse les choses à ma façon m'a permis d'avoir une grande liberté et du temps pour penser à toutes les choses folles que j'ai vécues. Comme tu peux le voir, j'ai un esprit un peu particulier. Je n'aurais jamais pu vivre et faire tout ça avec un job plus conventionnel.

Il y a donc beaucoup de positif et de négatif à retenir. C'est comme partout, mais dans le poker l'esprit reste tout de même assez fermé sur soi-même. Si je te demande par exemple quelle est la personne la plus importante pour toi, tu répondras certainement toi-même, comme je le ferais, mais dans ce milieu beaucoup répondront toujours eux-mêmes, se feront toujours passer avant tout le monde, et je trouve ça triste. Je pense que ce n'est pas une excuse. On peut toujours se montrer gentils et ouverts avec les autres. Mon opinion est peut-être un peu trop négative, mais je préfère être honnête.

 

Es-tu plus heureux aujourd'hui ?

C'est une question vraiment difficile... J'aime beaucoup ma vie. En fait c'est la question la plus importante. Est-ce que tu as envie de sourire ? Est-ce que tu es heureux ? Ce sont des questions importantes ! Chacun a une vision différente de ce qu'est le bonheur, ainsi que du meilleur moyen d'y parvenir. Je dirais qu'en général je suis assez souriant, donc la réponse est oui !

"Il est très important que PokerStars ne reste pas dans une telle position dominante"

Tu es une grande figure du poker depuis très longtemps. Tu n'en as pas marre que les gens et les journalistes te posent toujours des questions sur le passé et la grande époque du poker ?

Non, pas vraiment. C'est quelque chose que je comprends et que les lecteurs attendent sûrement. C'était une époque incroyable. Je ne suis pas un Lionel Messi ou un Ronaldo bien sûr, mais la plupart des gens sont vraiment sympas avec moi. Ils veulent échanger quelques mots, me serrer la main, prendre une photo... et de temps en temps un journaliste arrive pour une interview. Je n'ai vraiment pas de problème avec ça. Je ne suis pas une grande star qui n'a pas de temps à consacrer aux autres. Il faut savoir rester ouvert et agréable.

 

Toi qui as vu le poker évoluer depuis plus de vingt ans, comment imagines-tu son avenir ?

Bonne question... Je dirais qu'il est très important pour le poker, et désolé de le dire, que PokerStars ne soit plus dans une telle situation de domination du marché. Je n'ai pas de deal avec eux, donc je peux me permettre de le dire ! Beaucoup de personnes pensent qu'ils vont trop loin, que ce soit sur le rake des tournois ou leur politique globale. Ils ont trop de pouvoir.

Concernant le jeu de manière plus globale, je pense qu'il aura toujours de l'avenir. Les gens aimeront toujours jouer. Tout le monde peut battre le mettre joueur du monde, pas sur le long terme bien sûr mais au moins sur une ou quelques mains, donc je pense qu'il y a de la place pour chacun. C'est un milieu qui attirera toujours. On peut jouer pour n'importe quoi. Depuis toujours les gens aiment le gambling. Maintenant on est face à un jeu qu'on peut regarder à la télévision, jouer entre amis, sur internet, dans les casinos... On peut se retrouver face à ceux qu'on voyait à la télé...

À mon sens le poker est donc fait pour rester. Le vrai danger, c'est d'avoir une seule entité qui possède le marché. PokerStars a beaucoup évolué. Je connaissais les anciens propriétaires, mais aujourd'hui l'entreprise semble tournée vers le business avant tout. De moins en moins de gens s'y reconnaissent. J'ai écouté des tas de personnes à ce sujet, et en général c'est toujours une mauvaise chose quand une seule entité domine le marché. Il faut des contre-pouvoirs.

"Aujourd'hui le meilleur joueur du monde joue comme une merde !"

Tu ne penses pas qu'avec l'évolution du niveau de jeu, qui a été extrêmement rapide ces dernières années, nous allons bientôt atteindre une sorte de limite ?

Oh non. Aujourd'hui le meilleur joueur du monde joue comme une merde en vérité ! Le niveau de jeu parfait, on ne l'atteindra jamais, que ce soit d'ailleurs dans le poker, les échecs ou le tennis. Personne n'arrivera un jour au stade de la perfection. On peut évidemment toujours essayer d'atteindre un meilleur niveau. Le niveau d'aujourd'hui est évidemment bien plus élevé qu'il ne l'était il y a dix ou vingt ans. Je ne suis pas du tout en train de dire que les joueurs d'aujourd'hui sont mauvais. Moi-même je ne suis pas le meilleur d'ailleurs. C'est juste qu'il reste une énorme marge de progression. J'ai entendu si souvent des joueurs affirmer qu'ils n'avaient commis aucune erreur durant un tournoi. Quand j'entends ça j'ai juste envie de rire.. C'est absolument impossible. Personne ne pourra jamais jouer cinq mains sans commettre une erreur. C'est un fait.

Mais sinon c'est vrai que le niveau a augmenté partout, chez les pros comme les amateurs. C'est quelque chose qui rend le jeu plus complexe, mais aussi plus intéressant. Quand on a comme moi un esprit de compétiteur, c'est un jeu vraiment passionnant et excitant. Que l'on joue pour des centimes, des milliers d'euros, pour savoir qui va faire la vaisselle ou pour avoir des massages. Peu importe, ce jeu aura toujours son public.

Chat entre Gus Hansen et Daniel Cates
L'extrait du chat en question

Tu as eu un accrochage avec Daniel Cates dans le chat d'une partie en ligne en début d'année. Tu t'es carrément moqué de lui en lui offrant tes services pour l'aider à coucher avec des filles. C'est quelque chose qui a fait beaucoup rire. Vous êtes en bons termes aujourd'hui ?

Le plus drôle à propos de cet échange, c'est que je n'avais aucune idée qu'il s'agissait de Daniel Cates ! J'aurais dû le savoir et connaître son pseudo, mais je l'ignorais. Je suis assez mauvais avec les pseudos des gens. J'ai été un peu méchant sur ce coup là, on peut le dire. Vraiment, je ne savais pas d'où ce gars sortais. Je le trouvais juste ennuyant, donc je me suis montré un peu dur envers lui. Mais ce qui a rendu ma remarque si drôle, c'est qu'elle a tapé dans le mille le concernant, je ne pouvais pas être plus précis ! Pourtant je ne pensais vraiment pas à lui, et si je l'avais su la conversation aurait été différente.

En regardant en arrière, je trouve ça vraiment marrant que ce soit justement tombé sur lui. C'est quelqu'un de très spécial, mais ça ne pose aucun problème. On va juste dire que c'est... un personnage. Socialement il se comporte de façon plutôt bizarre, c'est le mot, mais ça me va. On se connaît depuis longtemps, et même si nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde, nous sommes plutôt en bons termes.

 

Quelles sont justement tes plus belles rencontres dans le monde du poker ?

En fait je passe principalement du temps avec des amis danois de longue date. Je voyage souvent avec eux. J'ai aussi quelques amis américains naturellement, mais c'est avec les Danois que je suis la plupart du temps. On joue ensemble et on se connaît parfaitement.

Parmi les Américains, je dois dire que je m'entends super bien avec Jason Mercier par exemple. Je pense qu'on a le même sens de l'humour. Même chose avec Niki Jedlicka, avec qui je joue beaucoup en ce moment. Nous n'avons jamais vraiment passé du temps ensemble en dehors des tables, mais je serais tout à fait partant.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Gus Hansen : l'homme, le joueur... l'interview !
Cette news a suscité 10 commentaires :

 

"Si je te demande par exemple quelle est la personne la plus importante pour toi, tu répondras certainement toi-même, comme je le ferais, mais dans ce milieu beaucoup répondront toujours eux-mêmes, se feront toujours passer avant tout le monde, et je trouve ça triste."

 

Pas compris, c'est quoi le plan ? Il est pas différent d'eux du coup, où veut-il en venir ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Posté (modifié)

Le 17/05/2017 à 09:17, defdean a écrit :

Toujours un plaisir de te lire Gaëlle.

@gaellejEtait-ce volontaire de ne pas lui poser une question sur les propos de Alexonmoon dans Nosebleed?

Hello! contente que ça vous ai plu! c'est vraiment une personnalité sympa et attachante, et il parle BEAUCOUP ca tombait bien! Pour Nosebleed j'ai pensé à lui demander et.. comme on avait déjà un peu parlé de ses pertes online j'ai pas trop voulu insister dessus et du coup j'ai pas osé...

Prochaines interviews à Vegas!

Modifié (le) par gaellej

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 30 minutes, gaellej a écrit :

Hello! contente que ça vous ai plu! c'est vraiment une personnalité sympa et attachante, et il parle BEAUCOUP ca tombait bien! Pour Nosebleed j'ai pensé à lui demander et.. comme on avait déjà un peu parlé de ses pertes online j'ai pas trop voulu insister dessus et du coup j'ai pas osé...

Prochaines interviews à Vegas!

Merci très bon interview!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 10 commentaires sur le forum
Les news à la Une
dimanche 23 juillet 2017 à 8:04
Breaking News
Main Event WSOP : Scott Blumstein champion du monde, Benjamin Pollak 3e

Voilà, c'est fini : le Main Event des World Series Of Poker a rendu son verdict. Au terme d'une dernière nuit riche en émotions, l'Américain Scott Blumstein domine son compatriote Dan Ott et s'empare du titre de champion du monde. Mais de cette table finale, on retiendra surtout côté français les superbes parcours de Benjamin Pollak et Antoine Saout.

samedi 22 juillet 2017 à 8:22
Télex

Comme en 2009, la quête de bracelet d'Antoine Saout se conclut sur une place d'honneur et un gros chèque : cinquième, le Breton quitte le Rio avec une ligne Hendon Mob à deux millions de dollars. Les supporters tricolores garderont toutefois les yeux rivés sur Las Vegas la nuit prochaine : short-stack, Benjamin MagicDeal Pollak garde toutes ses chances face à ses deux adversaires américains.

vendredi 21 juillet 2017 à 7:35
Télex

Après l'élimination de Jack Sinclair pour un gain de 1,2 million de dollars, les organisateurs ont décidé d'écourter la journée et de donner rendez-vous aux sept survivants la nuit prochaine. Alors que Scott Blumstein détient désormais la moitié des jetons en circulation, son dauphin n'est nul autre qu'un Benjamin Pollak impérial. Tous les détails sur le Vegas Show de Winamax.

vendredi 21 juillet 2017 à 3:14
Télex

Malgré son statut de short-stack, Ben Lamb était considéré comme l'un des épouvantails de la table finale du Main Event. Le WSOP Player of the Year 2011 se contente finalement d'une 9e place assortie d'un chèque d'un million de dollars. De leur côté, nos deux Frenchies font preuve de solidité. Au côté du roc Benjamin Pollak, Antoine Saout s'est relancé avec un brin de réussite après une entrée en matière compliquée.

vendredi 21 juillet 2017 à 3:04
LIVE
PokerStars Festival Lille : une belle entrée en matière

Des joueurs en nombre, une organisation au top : le jour 1A du Main Event nordiste a tenu toutes ses promesses avec un total de 246 inscriptions qui le place sur des bases supérieures aux deux dernières éditions du FPS Lille. Au terme de cette première journée de compétition fatale à ElkY, c'est Maxime Sueur qui s'empare du chiplead.

mercredi 19 juillet 2017 à 12:09
Télex

Deux doublés, près de 2,2 millions d'euros distribués, 25 000 participants... Les Mini WSOP de Winamax n'ont pas déçu ces dernières semaines. Qui a gagné quoi, combien et comment ? PonceP vous dit tout sur ce festival dont le succès semble déjà promettre un retour l'an prochain.

mercredi 19 juillet 2017 à 8:22
Concours photo 2017 : mettez en scène Club Poker !

Rangé dans les tiroirs ces deux dernières années, le concours photo estival de Club Poker fait aujourd'hui son grand retour ! Si le thème choisi est pour l'occasion classique (la mise en scène de notre logo), le jury attend des participants une bonne dose d'imagination. Le tout sur la base de deux grandes catégories : artistique et fun.

mardi 18 juillet 2017 à 9:57
Fedor Holz : et pendant ce temps-là, au Monténégro...

Alors que la planète poker a les yeux rivés sur Las Vegas et le Main Event des World Series, Fedor Holz se détend du côté du Monténégro avec une nouvelle victoire à six chiffres. Le prodige allemand s'adjuge le trophée du 250 000 HK$ High Roller des Triton Series et talonne désormais Phil Ivey dans le top 10 de la All Time Money List.

mardi 18 juillet 2017 à 8:42
Breaking News
Main Event WSOP : le jour de gloire d'Antoine Saout et Benjamin Pollak

Vous vous souvenez de la dernière fois que deux Français ont rallié la table finale du Main Event des World Series ? Nous non plus, et c'est bien normal ! Antoine Saout et Benjamin Pollak signent en duo un exploit inédit et s'offrent le droit de rêver au Graal du joueur de poker : le titre de champion du monde et les huit millions de dollars qui l'accompagnent.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
mercredi 26 juillet 2017 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
mercredi 2 août 2017 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
mercredi 9 août 2017 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
mercredi 16 août 2017 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
mercredi 23 août 2017 à 19:04
$125 ajoutés