mardi 12 décembre 2017 à 10:22

À partir du 3 janvier, le public français pourra découvrir dans les salles le film Le Grand Jeu mettant en scène Jessica Chastain dans le rôle principal. Club Poker vous offre aujourd'hui le meilleur des teasings : la traduction de quelques extraits marquants du livre de Molly Bloom.

Le Grand Jeu

Des centaines de milliers de dollars qui s'échangent d'un bout à l'autre de la table, des pourboires astronomiques, un joueur qui dilapide 100 millions en l'espace d'une nuit : vous n'êtes pas dans la cuisine de Club Poker Radio, mais bien dans la Viper Room de Molly Bloom à Los Angeles. À la fin des années 2000, la jeune femme tenait les rênes d'une partie privée très appréciée du gotha hollywoodien. Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire, Ben Affleck (dont l'intérêt pour le poker a déjà été évoqué dans ce mémorable article de Dan Goldman), Jamie Gold, Guy Laliberté, Nick Cassavetes (par la suite poursuivi par ses adversaires en raison de ses dettes de jeu) ou encore Rick Salomon faisaient par exemple partie de ses grands habitués.

 

En 2013, la success story se termine en eau de boudin avec des poursuites judiciaires à l'encontre de la maîtresse des lieux et la fermeture de la partie. Dans une récente interview accordée à Fortune (voir plus bas), Molly Bloom reconnaît avoir à cette époque commis plusieurs erreurs : une addiction aux drogues, des liens avec la mafia russe ou encore l'instauration d'un prélèvement sur chaque pot. Mais l'ancienne skieuse a depuis redressé la pente en négociant une porte de sortie judiciaire, en publiant rapidement un livre sulfureux et in fine en suscitant l'intérêt d'Hollywood à travers son histoire plutôt que ses parties. En témoigne le synopsis du film Le Grand Jeu tel que présenté par Allociné :

La prodigieuse histoire vraie d'une jeune femme surdouée devenue la reine d'un gigantesque empire du jeu clandestin à Hollywood ! En 2004, la jeune Molly Bloom débarque à Los Angeles. Simple assistante, elle épaule son patron qui réunit toutes les semaines des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle : la mise d'entrée sera de 250 000 $ ! Très vite, les stars hollywoodiennes, les millionnaires et les grands sportifs accourent. Le succès est immédiat et vertigineux. Acculée par les agents du FBI décidés à la faire tomber, menacée par la mafia russe décidée à faire main basse sur son activité, et harcelée par des célébrités inquiètes qu'elle ne les trahisse, Molly Bloom se retrouve prise entre tous les feux...

Avec le brillant Aaron Sorkin à la réalisation et un casting cinq étoiles tissé autour de Jessica Chastain (Idris Elba, Kevin Costner...), ce film connu outre-Atlantique sous le titre Molly's Game semble bien armé pour séduire un public plus large que celui des seuls passionnés de poker. Histoire de vous convaincre de ne pas passer à côté de cette curiosité cinématographique, Club Poker vous propose aujourd'hui la traduction française de quelques extraits du livre de Molly Bloom. Tous sont tous tirés d'un article de Vanity Fair publié en 2014 et exhumé il y a peu par coltrane sur le forum.

Le soir de la grande première

À 18h45, j'attends devant la porte en ajustant nerveusement ma robe. Je commence à douter de la meilleure façon d'accueillir les joueurs. Je connais leurs noms bien sûr, mais est-ce que je dois me présenter ? Je ferme les yeux et essaie de me calmer en m'imaginant telle que je rêve d'être, pas en petite fille du Colorado devenue une simple serveuse de cocktail. Mon patron, Reardon, un investisseur immobilier, a décidé que je serais l'hôtesse de sa partie de poker VIP à Hollywood.

"Molly Bloom, tu portes la robe de tes rêves. Tu es confiante, tu n'as peur de rien et tu seras parfaite". Voilà ce que je me dis. Rien n'est vrai naturellement, mais c'est comme ça que je voudrais que ça se passe. J'ouvre les yeux, relève mon menton, détends mes épaules. Le grand moment est arrivé. Todd, le célèbre écrivain et réalisateur, est le premier à se présenter.

  • Salut je suis Molly Bloom, lui dis-je en souriant ostensiblement et en avançant ma main.
  • Bonsoir beauté, je suis Todd. Ravi de vous rencontrer en personne. Est-ce que c'est à vous que je dois donner le buy-in ?
  • Bien sûr, réponds-je en regardant ses liasses de billets de 100 dollars. Je peux vous offrir à boire ?

Il commande un Coca Light et je pars derrière le bar ranger cette somme astronomique. Je le sers, puis je commence à compter les billets. Il y en a pour 10 000 $. J'enregistre le montant au nom de Todd. Inutile de précisée que compter autant d'argent m'inspire à la fois de l'excitation et de la fébrilité. Mais pas le temps de rêver, les autres se mettent déjà à arriver.

Bruce se présente et me tends son buy-in. Ayant fait quelques recherches sur lui au préalable, je sais qu'il est le dirigeant de l'une des plus prestigieuses entreprises de la planète golf. Bob est quant à lui un magnat de l'immobilier, et Phillip le descendant d'une grande lignée européenne d'aristocrates. Sa mère étais une mannequin glamour, et son père l'un des playboys les plus connus de Manhattan. Reardon débarque en criant l'un de ses caractéristiques "Oh yeah !". Houston lui emboîte le pas, suivi de Tobey et Leo. Je me redresse et souris aussi naturellement que possible. Ce sont juste des gens. Voilà ce que j'essaie de me dire pour oublier mes papillons dans l'estomac. Je me présente, collecte leur argent et prends les commandes au bar.

Quand je sers Leo, il me rends un petit sourire en coin sous son chapeau. Les battements de mon cœur accélèrent un peu. Tobey est mignon. Il semble très amical. Quant à Houston, je ne sais pas grand chose sur lui si ce n'est qu'il est impliqué dans l'industrie du cinéma. Il a un regard gentil, mais il y a quelque chose de différent chez lui. Il ne semble pas parfaitement intégré au reste du groupe. Enfin, Steve et Dylan, respectivement réalisateur et producteur, arrivent pour compléter le casting.

Il y a une énergie palpable dans la pièce, qui pour le coup a plus des allures de stade de foot que de cave sombre et enfumée. Reardon finit son sandwich et rameute les troupes. Moi je regarde, un peu fascinée. La scène est incroyablement surréaliste. Je suis dans un coin de la Viper Room en train de compter 100 000 $ en cash, le tout entourée de stars de cinéma, de réalisateurs importants et de puissants hommes d'affaires. J'ai l'impression d'être Alice tombant dans le terrier du lapin.

À la fin de la soirée, quand les joueurs partent en me remerciant, certains me font la bise mais tous glissent quelques billets dans ma main. Je leur souris chaleureusement tout en les remerciant et en évitant de trembler. Une fois tous partis, je vais m'asseoir pour faire les comptes d'une main fébrile : 3 000 $. Une semaine plus tard, pour la seconde partie, je pourrai sans doute essayer une nouvelle robe sexy.

L'énigme Spiderman

En me saluant, le croupier Diego me lance "Wow, regarde toi ! Tu vas récolter de bons pourboires ce soir !". Quand Tobey et Leo arrivent, les autres gars deviennent soudainement timides et bizarres, à l'exception de Reardon qui tape dans la main de Leo en lui demandant "Comment ça va l'ami ?". Pendant que tout le monde s'affaire autour du héros de Titanic, Tobey va voir Diego et lui tend son Shuffle Master. C'est un mélangeur automatique à 17 000 $ qui est supposé accélérer le jeu et garantir une distribution aléatoire. La semaine dernière, Tobey avait prévenu tout le monde qu'il ne voudrait plus jouer sans.

"Salut chérie", me lance Bob en me tendant son manteau. Je vois ses yeux aller d'un bout à l'autre de la pièce, et marquer un petit temps d'arrêt en constatant la présence de Leo. Phillip débarque avec son ami Mark. Il est lui-même un grand ami de Pete, une légende du tennis mondial, qui d'après mes informations disputerait lui aussi de grosses parties de poker.

En venant à ma rencontre, Phillip laisse échapper un petit sifflement et embrasse ma main. Je rougis et regarde le sol, savourant chaque moment surréaliste de cette soirée. Je suis encore une fois la seule femme parmi tous ces hommes aussi fortunés que séduisants. Mais la voix de Reardon se fait déjà entendre : "Messieurs, jouons !". Ils s'installent tous autour de la table pour se laisser bercer par ma playlist Frank Sinatra, le bourdonnement du Shuffle Master, le cliquetis des jetons et les tirades enjouées de leurs adversaires.

Quand vient l'heure de dîner, je procède à une commande chez Mr Chow. Les gars ne sont pas vraiment enchantés à l'idée de s'arrêter de jouer pour manger, alors je garde en tête de faire le nécessaire pour que la prochaine fois ils puissent se restaurer directement à table.

Une fois tout le monde restauré, le jeu reprend ses droits. Je m'assois dans un coin de la pièce et observe les mains de Diego s'agiter, et les jetons et les cartes voler. Impossible de tout suivre tant ça va vite ! Tout d'un coup, plus un bruit. Mark se lève, puis fait le tour de la table avec les mains dans les poches. Il y a des jetons partout sur la table. J'essaie de voir qui d'autre a encore des cartes. C'est Tobey. Il est en train de finir le sandwich vegan qu'il avait amené avec lui, et il scrute le moindre mouvement de Mark. Ce dernier est en pleine réflexion et la salle retient son souffle. Je n'ai aucune idée de ce qui se trame, mais je ressens une forme de suspense. Il annonce finalement "Call" et Tobey le regarde avec des yeux écarquillés.

  • J'ai bien entendu call ?
  • Oui. Est-ce ma main gagne ?

J'essaie de compter les jetons, mais il y en a tellement partout.

  • Oui c'est pour toi. Nice hand.

Tobey sourit et pousse ses cartes vers le croupier, puis se tourne vers moi en me fixant de manière insistante. Je reçois alors un texto :

  • C'est qui ce mec ?
  • Mark, un avocat.
  • Je vois.

J'ai la drôle d'impression que je suis en fâcheuse posture.

Le jeu reprend et je retiens désormais mon souffle en assistant à chaque coup impliquant Tobey ou Reardon. Je connais suffisamment bien ce dernier pour savoir que son enthousiasme ne résistera pas à des pertes répétées. Et clairement, il faut aussi que je garde Tobey satisfait.

Les deux finissent la soirée positifs, mais mes nerfs ont été mis à rude épreuve et je me sens lessivée même si j'ai passé un moment agréable. Il est 3h du matin. Alors que les joueurs s'apprêtent à partir, je leur tends leurs manteaux, embrasse chacun d'eux, et suis généreusement récompensée par de l'argent ou des jetons. Je leur suis alors très reconnaissante, ayant le sentiment de récolter bien plus que ce que je mérite. Les pourboires les plus généreux sont à mettre au crédit de Phillip, Houston et Bruce, qui me glissent tous des sommes substantielles. Pour autant, je prends bien soin de remercier chacun d'eux avec le même enthousiasme. Tobey est le plus gros gagnant de la soirée, mais son pourboire est paradoxalement le plus petit.

Une fois tout le monde parti, je m'assois à la table avec Diego. Nous additionnons nos pourboires et parvenons à un résultat de 15 000 $, soit 7 500 $ chacun. La suite est toujours la même : dresser le bilan comptable de la soirée, puis récolter les pertes et attribuer les gains.

L'araignée tisse sa toile

Au début, cet aspect financier était une source de stress pour moi. Je me sentais mal à l'aise à l'idée de réclamer de l'argent à certains. En plus, conduire d'un bout à l'autre de la ville pour m'acquitter de ces formalités prenait parfois beaucoup de temps. Mais au fur et à mesure, je me suis rendu compte que je pouvais mettre à profit ces petits moments en tête-à-tête pour mieux connaître les habitués de la partie.

Ce mercredi, ce sont Tobey et Phillip que je dois rencontrer. Je me rends d'abord chez Tobey. Son adresse est devenue familière car il gagne chaque semaine. Je ralentis à l'approche de son portail, sonne et m'annonce : "C'est Molly, je viens déposer un chèque". Le portail s'ouvre lentement, je redémarre et au bout d'une longue voie j'arrive enfin devant le somptueux palace de Tobey. Il est déjà à la porte : "Hey, comment vas-tu ?". Je le salue et lui tends son Shuffle Master :

  • Merci de nous avoir permis de l'utiliser durant la partie.
  • Pas de problème. Je voulais justement te parler d'un truc.
  • C'est à quel sujet ?
  • Je pense qu'à l'avenir je demanderai une rétribution pour la location du Shuffle Master.

Je regarde par dessus son épaule le château qu'il possède en guise de domicile et ne peux m'empêcher de rire. Il est forcément en train de plaisanter. Comment pourrait-il demander une contribution pour l'usage d'une machine qu'il a lui-même insisté pour amener, qui plus est dans une partie dont il repart chaque semaine les poches pleines. Mais non, il semble bien sérieux. J'arrête de rire dès que je m'en rends compte :

  • D'accord. Tu voudrais combien ?
  • 200 dollars.
  • Je suis sûr que ce sera possible, pas de problème.

Mon sourire en dit long sur ma surprise, mais n'atténue en rien sa satisfaction :

  • Formidable ! Ah et il y a autre chose : j'aimerais savoir qui va jouer chaque semaine. S'il y a quelqu'un de nouveau, alors il faut que je sache qui c'est à l'avance.

Ses mots sont sortis très lentement, avec une douceur apparente mais une vraie menace sous-jacente. Aucun doute sur le fait que cette requête trouve son origine dans l'épisode avec Mark.

J'acquiesce rapidement, impatiente de déguerpir avant qu'il ne me demande mon âme. Il me dit au revoir avec un grand sourire et me fait signe de la main pendant que je redémarre. Sur le retour, je ne peux pas m'empêcher de secouer la tête. Je crois que je ne comprendrai jamais les gens riches.

L'arrivée de Ben Affleck

L'un des trucs les plus amusants dans ce rôle chaque semaine, c'est d'amener un nouveau participant. Les changements de dynamiques sont alors intéressants. Le nouveau se sent toujours mal à l'aise au début, et personnellement j'essaie autant que possible de lui faciliter la vie. Mais les habitués comme Todd ou Reardon agissent eux complètement à contre-courant. Tout cela ressemble parfois à un groupe d'adolescentes. Si l'intéressé commence à gagner un peu, il se fait charrier encore plus. Si en revanche il perd ou joue mal, les autres ont tendance à se montrer plus sympathique. Et si c'est une célébrité ou un milliardaire, alors là aucune pique et tout le monde le traite comme un roi !

Ce soir-là, la liste finale pour la grosse partie comprenait les noms de Tobey, de Ben, de mes nouvelles baleines Derek et Rick, ainsi que de Bob, Houston et quelques nouveaux visages : Bosko, un gentleman sexagénaire ; Mike, un financier amateur de gamble ; et Gabe, qui dans le temps était une star de la télévision. Tous les joueurs, à l'exception de Tobey et Houston, étaient connus pour envoyer leurs jetons dans tous les sens. Avec eux, les tapis in the dark n'étaient pas rares. Et avec un buy-in fixé à 50 000 $, il y avait un demi-million sur la table avant même que les premières cartes soient distribuées. La soirée promettait d'être agitée.

J'avais choisi ma tenue minutieusement : une robe noire relativement sexy, mais pas au point d'être vulgaire. Des Louboutins noirs, des bijoux Chanel et un petit haut très important dans la mesure où j'aimais garder la température assez basse dans la salle. Un peu de fraîcheur contribue à tenir les joueurs éveillés, car il n'y a rien de pire qu'une table qui somnole. Je voulais une explosion d'action, d'énergie et de conversations.

L'alchimie à une table est un facteur essentiel. Vous devez entretenir un savant équilibre entre les différentes personnalités. Si cet équilibre est rompu, ou si les enjeux sont trop élevés pour certains protagonistes, l'atmosphère en prend un coup. Et si à l'inverse les enjeux sont trop faibles, tout le monde s'ennuie. C'est l'avantage d'un buy-in de 50 000 $ : suffisant pour attirer les gens et créer des pots susceptibles de les faire transpirer un peu, mais pas au moins d'être tétanisés.

Je me suis appliqué une dernière couche de rouge à lèvre et j'ai attendu. J'avais convié Tiffany et Lauren, deux nouvelles amies rencontrées lors d'un récent séjour à Vegas. Leur rôle était de servir les boissons et d'apporter une touche décorative. Elles étaient sublimes. Je savais que les gars auraient une raison supplémentaire de rester tard ce soir.

Derek est arrivé le premier. Il m'avait été recommandé par Blake, un ami de Las Vegas : "Il est jeune, riche et c'est un vrai degen. Ce n'est pas le plus facile des mecs, mais il perd entre 10 et 20 millions par an. Tu veux forcément un gars comme lui".

Tobey a débarqué avec Houston, puis Mike est arrivé à son tour. Mike était un trader très talentueux, un vrai génie des chiffres. J'avais entendu dire qu'il était un véritable animal à la table, un peu comme la plupart des traders. Il avait toujours la même routine à son arrivée : celle de se vider les poches. Elles contenaient toujours tout un tas de trucs : crayons, reçus, tees de golf... Il m'a signé son chèque et je l'ai accroché à mon tableau. Même rituel pour tous les autres, avec pour chacun un montant destiné à couvrir les éventuelles pertes. À cet instant, la Molly Bloom compagnie était officiellement riche.

Derek a pris son sac à dos et m'a suivie dans la chambre. Il savait ce que je voulais : 250 000 $ en cash et 500 000 $ de jetons du Bellagio. Comme je lui avais expliqué plus tôt, je ne pouvais pas lui faire crédit pour sa première fois chez nous. Apporter 750 000 $ lui assurait 15 buy-ins pour la nuit.

Même si j'étais un peu hallucinée par le montant sur lequel je mettais la main, je souriais comme si je faisais ça tous les jours. Je ne voulais pas que Derek ait d'arrière-pensées en laissant à une étrangère trois gros quarts de million.

  • Super, je vais aller mettre tout ça dans le coffre.
  • Ne t'enfuis pas avec, hein.

Nous avons rejoint les autres juste à temps pour accueillir Bosko et Gabe. Ils m'ont salué un tantinet froidement. Compte tenu de leur côté old-school, je savais qu'il leur faudrait un peu de temps pour me respecter davantage. De toute façon ça m'était égal. Ma partie parlait pour moi.

Bob est ensuite arrivé, et Mike m'a demandé quand la fête pourrait commencer. J'ai fait un rapide tour de salle pour voir si tout le monde était chaud, mais cela ne faisait guère de doute. Les sièges ont été tirés au sort, et c'était parti pour la nuit.

Dès la première main, quatre joueurs se sont retrouvés à tapis : Bob, Bosko, Mike et Derek. Bob a finalement remporté le coup, ce qui a fait son bonheur comme celui de Diego. Bob avait en effet une fâcheuse tendance à s'en prendre au croupier quand il perdait un coup.

Les gars ont ri, plaisanté et demandé de nouveaux jetons. Mike en a demandé pour 200. J'ai jeté un œil autour de la table pour voir s'il y avait des objections. Mike voulait être sûr d'être suffisamment profond pour se mesurer à Bob. "Pendant que j'y suis, je vais tout de suite en prendre pour 500".

Je l'ai regardé et il a opiné du chef, alors j'ai compté 500 000 $ de jetons et les lui ai tendus. Derek a alors fait la même demande. Mon regard a croisé celui de Tobey, et je lui ai fait comprendre d'un petit mouvement de tête que j'avais bien suffisamment de cash à disposition. Au petit sursaut de ses sourcils, j'ai compris qu'il était impressionné.

Alors que je comptais les jetons de Derek, Bob en a lui demandé pour 300 000 $. Je me suis dit que tout cela avait des allures de concours de testostérone. Et nous n'en étions encore qu'à la première main ! J'ai jeté un œil autour de la table pour voir si quelqu'un d'autre voulait jouer au jeu du type le plus riche dans la pièce, mais les enchères en sont restées là.

C'est à peu près à ce moment là que j'ai reçu un sms de Ben me confirmant son arrivée. En le lisant, j'ai eu le sentiment de recevoir un shot d'adrénaline. C'est aussi ce moment qui m'a fait réaliser à quel point j'avais changé. L'arrivée de Ben dans ma partie privée était naturellement quelque chose de monumental, mais les papillons que j'avais dans le ventre n'étaient cette fois plus liés au stress, mais bien à l'excitation.

Je suis allée l'accueillir à l'entrée. Il était grand, élégant, avec une espèce de charisme détendu dont toutes les grandes icônes ne peuvent pas forcément se targuer. De son côté, il a eu l'air surpris en me découvrant :

  • Vous êtes si jeune !
  • Pas tant que ça vous savez.

À l'époque j'avais 27 ans, mais je faisais effectivement plus jeune. J'ai pris son manteau et lui ai tendu le registre des buy-ins. Il l'a parcouru rapidement puis a regardé sa montre.

  • Déjà deux millions sur la table ?
  • Oui.
  • Ok, donnez moi 50 000.

J'avais une certaine expérience de la psychologie qui peut se cacher derrière les choix d'un homme quant au montant de son tapis. Demander beaucoup de jetons, ou au contraire très peu, constitue une bonne indication du style de jeu et de l'ego. Certains joueurs veulent des piles gigantesques pour martyriser la table et prendre un ascendant psychologique sur leurs adversaires. Le choix de Ben, en revanche, m'a laissée penser qu'il était un joueur intelligent qui aimait limiter ses pertes potentielles, a fortiori à une table composée de plusieurs gars avec lesquels il n'avait pas ses habitudes.

Rick fut le suivant à arriver. Rick, réalisateur et acteur de l'une des plus célèbres sex-tapes de l'histoire, avait un côté négligé voire crade, mais restait relativement attirant sous ses airs d'homme des cavernes. Je l'ai emmené dans un coin pour lui montrer le tableau.

  • Wow, ça swingue pas mal hein ? Tu veux qu'on s'envoie en l'air ?

Je l'ai regardé en priant pour que mon visage ne soit pas aussi rouge que je pouvais le penser, puis je lui ai répondu "Non merci" aussi naturellement que s'il m'avait proposé un Tic Tac. Il a ri et m'a demandé 200 000. Bon sang, je tenais une partie absolument énorme.

Quand Rick est allé s'asseoir, je l'ai vu fixer longuement Ben. J'ai prié en vain pour qu'il ne lui dise rien d'embarrassant, parfaitement consciente qu'il n'avait aucun filtre.

  • Yo, Jennifer avait de la cellulite sur le cul ou il était cool ?

Gros silence à table. Ben a alors levé la tête vers Rick, puis a répondu "Plutôt cool" en misant dans un énorme pot. La table a éclaté de rire et la glace était brisée. De prime abord, ils étaient tous des méga stars en train de jouer des sommes folles, mais ils n'en restaient pas moins des mecs comme les autres. Des étrangers deviennent très vite des amis autour d'une table de poker.

Après ce moment quelque peu inconfortable, la partie a pris vie. C'était une de ces soirées parfaites avec des conversations animées et beaucoup d'action à la table. Tous mes clients, même ceux d'ordinaire impossibles à satisfaire totalement, arboraient des mines radieuses qui me confirmaient qu'ils n'auraient voulu être nulle part ailleurs.

Cet enthousiasme s'est d'ailleurs ressenti sur le montant de mes pourboires. Je crois que je suis repartie avec près de 50 000 $ ce soir là. J'avais découvert une niche incroyable, et j'avais trouvé la recette pour l'exploiter avec succès en toute légalité.

L'intérêt croissant des joueurs pros

Avec les ajouts de Ben, Derek et Rick, j'avais plus qu'il ne me fallait de joueurs pour ma partie du mardi au Beverly Hills Hotel. J'y ai demandé le bungalow n°1 en raison de ses multiples avantages : séparé de l'hôtel, très bien agencé, possibilité d'isoler la table de poker des réceptions de nourriture et du room service... Des célébrités plus nombreuses et des enjeux plus élevés, ça voulait aussi dire des exigences plus importantes en terme de discrétion.

Pour tenter de convaincre Arthur, la baleine ultime, j'ai décidé de lui lâcher le nom de Ben. J'avais fait des recherches sur Arthur. Il était connu pour son amour des femmes et sa fortune aussi mystérieuse qu'importante. Je savais qu'il avait suffisamment de milliards en banque pour couvrir ses pertes. Je savais aussi qu'il adorait les stars et qu'un acteur comme Ben constituait l'appât parfait. Je lui ai donc envoyé un texto : "Hey, Arthur. J'organise une partie pour Ben et ce serait formidable si vous étiez partant".

Beaucoup avaient désormais eu vent de l'existence de ma partie. J'avais d'ailleurs reçu quelques appels de joueurs professionnels prêts à se mettre à genoux pour y avoir accès. Certains me proposaient de l'argent, d'autres un pourcentage sur leurs éventuels gains... Néanmoins je savais qu'ouvrir la porte à des pros revenait à me tirer une balle dans le pied. Ils s'en mettraient plein les poches à coup sûr, alors même que la magie de cette partie résidait dans une forme d'alchimie et dans le fait qu'aucun des participants ne jouait au poker de façon professionnelle.

Les joueurs pros eux-mêmes n'étaient d'ailleurs pas les seuls à manifester de l'intérêt. Les amis et les amis de leurs amis rêvaient tous de pouvoir assister à la partie. J'essayais donc autant que possible de décourager la présence de spectateurs, mais il n'était naturellement pas question de garder porte close aux petites amies ou aux autres célébrités. Parfois, le producteur de rap Irv amenait Nelly avec lui. Une fois, les jumelles Olsen se sont aussi pointées avec un milliardaire que j'essayais d'attirer depuis un moment. Elles sont entrées et je n'ai bien évidemment posé aucune question.

Guy, Jamie et Tobey

Une autre partie un peu folle. J'observais Guy en train d'essayer de convaincre un adversaire de coucher la main gagnante. Guy était un gros gambler, très agressif à la table. Il était le patron d'une grande entreprise de spectacle dont la thématique était le cirque, et qui lui rapportait plusieurs milliards par an.

Tobey faisait ce soir-là partie des perdants, alors il recommençait à le faire savoir à travers des remarques désobligeantes ou le montant de ses pourboires. Il était dans le rouge de 250 000 $ après la perte de sa dernière cave. Jamie, lui, jouait comme d'habitude comme si sa dernière heure était arrivée. Tobey était parfaitement conscient que la meilleure option pour se remettre à flots, c'était de cibler Jamie. Il n'y a pas si longtemps que ça, cer dernier avait remporté le Main Event des World Series Of Poker pour un gain de douze millions de dollars. En temps normal, ce statut m'aurait fait sourciller. Mais Jamie n'était pas vraiment un professionnel. Il avait juste été touché par la grâce.

Quand Jamie et Tobey se sont retrouvés à tapis, je me suis demandé celui que je souhaitais voir gagner. Jamie avait presque dilapidé l'intégralité de sa bankroll, et une fois que ce serait le cas je n'aurais plus la possibilité de lui ouvrir les portes de la partie. Je l'aimais bien, c'était un type gentil et généreux. Tobey à l'inverse était le plus radin, le meilleur joueur et sans conteste le plus mauvais perdant. Mais si d'aventure il perdait, alors j'avais du souci à me faire pour mon job. J'ai retenu mon souffle quand Diego a retourné les cartes, et c'est finalement Tobey qui l'a emporté.

Sans surprise, il s'est levé immédiatement après ce coup qui le renflouait et a déclaré à l'assemblée que sa soirée était terminée. Puis il est venu vers moi :

  • Wow, tu as de la chance que j'ai gagné cette main !

Comme d'habitude, il avait adopté un ton laissant place au doute quant au sérieux de sa menace. Je me suis contenté d'opiner du chef.

  • Tu vas devoir dire à Jamie d'arrêter tu sais.
  • Je sais oui.

Je finissais de compter ses jetons. Il lui en restait pour mille dollars dans la main. Il s'amusait à les faire tourner entre ses doigts.

  • Ils sont pour toi.
  • Merci Tobey.

Mais alors que je lui tendais la main, il a repris les jetons vers lui au dernier moment.

  • Ils sont à toi seulement si tu fais quelque chose pour les mériter !

Il s'était assuré de prononcer cette phrase assez fort pour que les autres joueurs entendent et se tournent vers nous.

J'ai éclaté de rire, mais uniquement pour dissimuler ma colère.

  • Mmmh, mais qu'est-ce que j'ai bien envie que tu fasses ? Je sais ! Monte sur cette table et imite un phoque qui réclame du poisson !

Je l'ai regardé, puis j'ai ri une nouvelle fois en espérant qu'il mettrait ça sur le compte de son drôle d'humour et finirait par partir.

  • Je ne plaisante pas. Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu es trop riche maintenant ? Tu ne pousserais plus quelques cris pour 1 000 $ ? Wow, tu dois vraiment être riche !

Je fulminais. La salle était silencieuse.

  • Allez, pousse de petits cris !
  • Non.
  • Non ?
  • Tobey, je ne vais pas jouer à l'otarie. Tu peux garder ton argent.

J'étais rouge écarlate. Je savais qu'il serait en colère, en particulier parce qu'il avait impliqué le reste de la salle dans son manège et que je refusais d'entrer dans son jeu. J'étais embarrassée, mais surtout très en colère. Après tout ce que j'avais fait pour satisfaire ses moindres désirs, il y avait de quoi. Tous les détails des parties étaient arrangés selon son bon vouloir, du montant des mises jusqu'aux ingrédients composant ses plats végétariens favoris. Il avait gagné des millions et des millions de dollars à ma table, et maintenant tout ce qu'il voulait c'était m'humilier.

Il a malgré tout continué d'insister, allant même jusqu'à élever le ton. Les autres joueurs avaient l'air très gênés. J'ai une nouvelle fois refusé, alors il m'a lancé un regard noir et a laissé tomber les 1 000 $ sur la table en feignant de rire. Sa colère était néanmoins bien visible.

Quand il est parti les conversations ont immédiatement repris :

  • Bon sang, c'était quoi ça ?
  • Tellement bizarre.
  • Ravi que tu n'aies pas cédé, Molly.

Je savais que c'était plus qu'un petit jeu. Tobey voulait montrer qu'il était le mâle dominant. J'avais bien conscience de ne pas avoir pris la meilleure décision d'un point stratégique en refusant de me soumettre. Néanmoins, j'étais ravie d'avoir gardé le respect des autres joueurs.

Pour la première fois depuis la naissance de cette partie, j'ai ce jour-là pris conscience que tout pouvait prendre fin. Selon toute vraisemblance, Tobey aussi. Il ne s'était rendu compte que sur le tard de tout l'argent que Diego et moi parvenions à nous faire, et manifestement c'était quelque chose qui l'irritait. C'est un sujet qu'au fil du temps il s'est mis à amener de plus en plus souvent sur le tapis, sans même prendre soin de dissimuler sa désapprobation.

  • Je pense que la partie a besoin d'être restructurée.
  • Comment ça ?
  • Tu gagnes trop d'argent et nos gains mettent trop de temps à arriver.

J'ai levé mes sourcils. Dans quel monde a-t-on la possibilité de se pointer à une partie, de jouer et de gagner des millions, et au final de récupérer la somme dans la semaine ? La seule et unique raison qui faisait que ma partie avait survécu jusque là, c'était que j'étais parvenue à y amener suffisamment de sang frais pour que Tobey puisse continuer à gagner. Et maintenant il avait l'audace de remettre en cause ma propre rémunération !

  • J'y réfléchirai oui.
  • Je te remercie.

Bonus : la récente interview accordée par Molly Bloom à Fortune

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Le Grand Jeu (Molly's Game) : la véritable histoire derrière le film
Cette news a suscité 32 commentaires, et seuls les 15 derniers sont affichés.

Ça fait tj autant kiffer ce genre d'histoire.

Même si je reste perplexe sans avoir vu d'extrait sur le film.

A quand un molly bloom français ? Même si il doit déjà exister et qu'on ne le sais pas encore étant donner le nombre de " stars " qui kiffe ce jeu  ! ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 12/12/2017 à 19:40, veuveclito a écrit :

A quand un molly bloom français ? Même si il doit déjà exister et qu'on ne le sais pas encore étant donner le nombre de " stars " qui kiffe ce jeu  ! ^^

C'est surtout que la Molly Bloom française organiserait des parties fines plutôt que des parties de poker :ninja:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)

vu aussi, j'ai trouvé excellent.

tobey maguire est vraiment une grosse m**de.

 

on est sur que c'est jaimy gold ? sinon, y'a d'autres nom du poker qu'on connait ?

 

 

 

Modifié par Loorent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 23 minutes, Isaac a écrit :

Plutôt d'accord avec la critique Wina. Un petit 11/20 ici...

Plutôt pas d'accord avec la critique wina.

Même si le film n'est pas un film sur le poker (ie, des mains de poker) , il est bien en partie un film sur le poker, ie le monde du poker: ses regs, ses fishs, les egos, les tilts, les down swings, l'addiction ...l'autre partie étant autobiographique, sur la principale intéressé et son caractère trempé.

certes, y'a certaines ficelles propre au real et au film ricains qui rabaissent le niveau, mais ça reste bien autobiographique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
il y a 12 minutes, Isaac a écrit :
  Masquer le contenu

Tu trouves réalistes le passage du supposé bon reg qui perd un coup en se couchant quand il faut pas et lâche derrière, au cours de plusieurs heures de tilt, un million et demi la veille de son mariage ?

 

oui. je pense que c'est réellement arrivé comme ça pour que ça soit dans le livre et dans le film.

Modifié par Loorent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ressors de la salle de ciné. 

Un bon divertissement, sûrement trop verbeux, c'est pas non plus le film de l'année. 

Jessica Chastain montre une fois de plus qu'elle est une des meilleures actrices de sa génération. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
Le 05/01/2018 à 16:56, Isaac a écrit :
  Révéler le texte masqué

Tu trouves réalistes le passage du supposé bon reg qui perd un coup en se couchant quand il faut pas et lâche derrière, au cours de plusieurs heures de tilt, un million et demi la veille de son mariage ?

 

1,2M€ dont la moitié (à peu près, on a pas les stacks, on connaît juste le montant de sa recave) perdue sur un 99,5% / 0,5%... Ca fait pas tant de caves que ça il me semble pour le reste et on sait tous que certaines sessions peuvent être horribles...

Sinon, pas vu passé les 2h20, j'ai bien apprécié ce film pour ma part !

Modifié par fyll85

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)

Surement pas le film de l'année mais ça se laisse bien regarder, le casting est très bon et comme Fyll85 j'ai pas vu le temps passer... un bon divertissement.

 

Après qq fois il semble y en avoir un poil trop (les JO entre autres), comme dans pas mal de films US et il faudrait le voir en VO/VOSTFR.

M'a donné envie de lire le livre pour coller un peu plus à la réalité et en apprendre un peu plus.

Modifié par survival66

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai vu le film en VOST mais pas mal verbeux... 

Bon après j'étais au 1er rang, le seul avantage c'est que j'avais pas besoin de mes lunettes pour lire le sous titres, mais bouger la tête suivant l'action c'est bien relou. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 32 commentaires sur le forum
Les news à la Une
lundi 22 janvier 2018 à 9:55
Télex

Ses apparitions sur le Twitch du lundi sont extrêmement rares. Sylvain Loosli, le divin chauve du Team au W rouge, fera ses débuts sur la Winamax TV à partir de 20h. Ne ratez pas les 30 premières minutes de l'émission : elles seront consacrées à l'analyse de quelques spots soigneusement sélectionnés.

jeudi 18 janvier 2018 à 15:24
Télex

Force motrice du partage de liquidités entre la France et l'Espagne, Charles Coppolani sera l'invité du RMC Poker Show dans la nuit de dimanche à lundi. Le président de l'ARJEL répondra aux questions de Daniel Riolo et apportera un éclairage sur l'évolution du marché français des jeux en ligne.

jeudi 18 janvier 2018 à 13:15
Télex

Du 15 février au 6 mars, le cœur de la France du poker battra une fois de plus au rythme des jetons du Cercle Clichy-Montmartre. L'établissement parisien accueillera les 21 tournois figurant au programme de la finale du Winamax Poker Tour. Colossus, PLO, Monster Stack... Chaque soir à partir du 22 janvier, Winamax vous propose de vous qualifier à moindre coût pour l'un de ces tournois.

mercredi 17 janvier 2018 à 13:51
Télex

Un an après avoir fermé les tables françaises aux joueurs domiciliés au-delà de nos frontières, PokerStars indique aujourd'hui que "les joueurs non résidents en France ou en Espagne pourront jouer sur le pool", mais uniquement "en s'inscrivant sur la licence .es". L'opérateur apporte également des réponses à quelques-unes des questions soulevées depuis hier.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
Aucun Tournoi de poker en ligne n'est actuellement prévu.
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.