KadicK

CPiste
  • Messages

    5 302
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Le dernier jour que KadicK a gagné est le 3 Mai 2012

KadicK a obtenu le plus de messages aimés !

4 abonnés

À propos de KadicK

  • Rang
    Dick head

Informations générales

Visiteurs récents du profil

26 884 vues du profil
  1. J'avais lâché fin de saison 1 ... et pourtant, j'en ai bouffé de la fake série sf. Alors est-ce que cette fin de s01 est mal tombée pour moi et l'aurais-je mal considérée ou ça reste bien mais peut mieux faire comme le souvenir qu'il m'en reste ?
  2. Je ne lui attribue aucun autre projet que le sien. Tu penses réellement que Hollande avait le souhait de prolonger le projet de Sarkozy ? Pourtant pour l'ESR il a continué ce que son prédécesseur avait institué. C'est bien l'un des rares secteurs où le clivage gauche/droite est à géométrie variable. Peut-être que je me trompe, je l'accepterai sans aucune difficulté compte tenu que si je me trompe cela veut dire que nous suivons le chemin qui à mon sens (et à celui d'un certain nombre d'acteurs du milieu) est le meilleur. @Brissiaud: vouloir devenir compétitif avec les grandes universités mondiales est effectivement un put**n de grand projet. Une fois la chose dite il faut se poser la question de comment des universités qui jusqu'à lors étaient dévouées à fournir un enseignement en termes de formation initiale ET de recherche au plus grand nombre pourront entrer en compétition avec des universités dont les droits d'inscription sont 100 voire 500 fois supérieures aux nôtres ? Là où un étudiant français peut accéder à la recherche à moins de 200km de chez lui, un étudiant US devra le plus souvent traverser le pays pour y parvenir. Quand on regarde au cas par cas, il n'y a pas de réel problème. La société US est construite sur ce modèle depuis des 10n d'années. L'étudiant avant même de se lancer dans les études a intégré le fait qu'il s'endettera sur 30 ans pour payer le coût de ses études comme nous nous endettons pour payer les intérêts de notre baraque. Sauf que l'ensemble de la société US est construite sur ce modèle depuis des 10n d'années alors que la notre est construite sur un tout autre système. Cette vision micro-centrée me fait penser à cette mode depuis qqs temps à toujours vouloir nous comparer sur un point donné à d'autres pays, tantôt l'Allemagne, tantôt les pays scandinaves tant que l'on trouve sur ce point très précis mieux ailleurs. On oublie malheureusement souvent de prendre en compte tout ce qui explique et découle de ce que l'on observe. En Allemagne où le chômage est bien moins élevé que chez nous, on omet de regarder le nombre de travailleurs pauvres, tout comme en Angleterre on ne s'attache pas trop au nombre de retraités devant travailler pour subvenir à leurs besoins. Quand on se compare à la Scandinavie on oublie vite de se rappeler qu'il s'agit de pays dont le nombre d'habitants ne dépasse pas celui de la grande couronne parisienne.
  3. Encore une fois, oublie mes positions lors de la campagne présidentielle. Une fois ce cap passé, lis par exemple cet article annonciateur de son souhait concernant l'enseignement sup' : Emmanuel Macron prône plus de liberté pour l’université (il date de 09/2016 mais révèle plutôt bien son projet en la matière). Et fais les recherches que je t'ai indiqué en Edit de mon précédent message. Maintenant, j'ai aussi conscience que suivant le domaine dans lequel on évolue certaines choses nous paraissant évidentes peuvent, suivant la manière dont elles sont avancées, ne pas l'être autant pour un œil non aguerri. Je serais, par exemple, une bien belle buse pour avoir un avis sur des notions économiques ou encore géopolitiques (même si j'y attache un certain intérêt). J'ai conscience que ce que nous ressentons dans l'ens. sup., la lecture que nous pouvons avoir des réformes successives (de gauche comme de droite) peuvent paraitre particulièrement absconses vues de l'extérieur et je t'avoue que d'avoir cette sensation n'est pas particulièrement rassurant quand on projette ce sentiment dans des domaines tout aussi importants pour notre quotidien et que l'on ne maitrise pas aussi bien. J'essaierai de te trouver des liens plus évocateurs, mais le seul site auquel je pense (l'AEF) n'est accessible qu'à une petite frange de l'élite universitaire dont malheureusement je ne fais pas partie.
  4. Son projet pour l'enseignement supérieur est particulièrement clair si tant est que l'on sache lire entre les lignes (comme avec tout programme). Il a d'ailleurs été invité comme d'autres candidats à la CPU (Conférence des Présidents d'Université) et a été beaucoup moins évasif : il a un projet que l'on pourrait considérer comme une américanisation de l'enseignement sup' avec des pôles de formation initiale de niveau licence (les fameux collèges universitaires) et des pôles d'enseignement et de recherche allant jusqu'au doctorat. Il veut à tout prix concurrencer les grandes universités mondiales et US avant tout. Il y a aussi sa réponse faite aux membres de la CPU. Qui là encore si on sait lire entre les lignes définie bien sa vision de l'avenir de l'ESR. Les Comues ont déjà initiés la chose, les IDEX encore plus. Ce n'est là que la continuité jusqu’au-boutiste de la politique menée sous les mandats de Sarkozy et Hollande. [Edit] Il y a aussi un certain nombre de papiers concernant les projets d'universités dites de proximité (ie : collèges universitaires) et de pôles de recherche à l'instar de ce que Sarkozy prônait. Une simple recherche sur google : université de proximité renvoie des titres avec Macron ...
  5. De ce que j'ai vu le programme "plus de maîtres que de classes" semble avoir été plutôt bénéfique. Cela dit, en tentant de rester objectif, l'état actuel de notre système éducatif offre la part belle aux initiatives nouvelles qu'elles soient véritablement utiles ou juste comme un sparadrap sur une jambe de bois. Ce que je vois de ce changement d'orientation est que l'on va prendre aux ZEP pour donner aux ZEP/REP+. Est-ce ainsi que l'on compte régler les problèmes identifiés depuis des années et que chaque gouvernement se succédant n'a jamais réussi ou, plutôt, eu les moyens, eu le courage de mettre les moyens, pour tenter de les endiguer ? Ce qui, ici, parmi bien d'autres choses malheureusement, m'interpelle le plus c'est que l'on puise dans les moyens alloués à une partie déjà délaissée des zones éducatives pour donner à des zones encore plus en demande. Pour aider les aveugles, on prend aux borgnes ! Encore une fois, dans la mesure où l'on tente de mettre en œuvre des moyens qui n'ont pas encore été utilisés, il serait débile de les rejeter mais vu les circonstances il me semble autant nécessaire de les regarder avec un minimum de défiance. Je prends un exemple qui me touche de près, surtout avec le projet de réforme de Macron concernant l'enseignement sup'. Il souhaite créer de gros pôles de recherche et d'enseignement (environ 1 par académie) et transformer le reste des universités en collèges d'enseignement, voués à ne dispenser que des enseignements de niveau licence (jetant à la déchetterie l'ensemble des unités de recherche se trouvant actuellement dans ces "futurs" collèges). L'ensemble de la communauté universitaire est bien au fait que déjà un certain nombre d'universités bénéficient de subsides au-delà de leurs besoins (un certain nombre d'universités ont tellement de moyens en postes et budget que les enseignants affectés ont pour la plupart du mal à faire leurs 384h pour les enseignants ou leurs 192h pour les enseignants-chercheurs alors que dans des universités comme la mienne certains enseignants doivent faire jusqu'à 600 heures complémentaires pour satisfaire aux besoins d'enseignement). Il est à croire que la doctrine actuelle est de niveler aveuglement, user du coupe-coupe afin de donner l'idée que l'on prend la problématique à bras le corps. Le seul souci dans cette gestion est que la notion d'équité, de service public et, encore et surtout, de respect des hommes et des femmes œuvrant à rendre ce service est omis. Nous devenons des marchandises à la solde d'un état qui ne donne pas l'impression de vouloir rendre ce service avant de se rendre service. Pour revenir à l'histoire des instits, j'imagine que le ministère a effectivement pris acte que les enseignants affectés au programme suscité étaient situés à proximité des ZEP/REP+ ? Parce qu'avoir sur le territoire 2200 (sans compter les remplaçants) enseignants potentiellement disponibles est un tantinet différent de les avoir là où l'on souhaite les affecter. Voila pourquoi, entre autre, je parlais de démagogie et de mensonge. Sur le papier c'est souvent limpide, vu de loin c'est même très souvent évident. Sur le terrain, le ministère s'en cogne, ce sont les DSDEN et les ouailles au service de ce ministère qui essuient les frais et le pire, si cela ne marche pas, on n'hésite pas à tout leur foutre sur le dos ! Je n'ai habituellement pas une attitude faisant preuve de beaucoup de compassion vis à vis du corps enseignant (qui quoi que l'on puisse dire a aussi ses torts sur un certain nombre d'aspects, notamment, son incapacité à accepter le changement) mais il y a des limites qui si elles sont franchies entraineront bien plus de monde que l'on ne l'aurait envisagé.
  6. La politique de C+ est soit de mettre à dispo les épisodes selon le rythme de diffusion, soit de tout mettre dès la diffusion du 1er épisode de la saison. Une question de droits imo, je n'ai pas vraiment planché sur la question.
  7. Je vais sans doute faire crier certains, pourtant j'ai conscience de ce "problème" là où je vis, mais la notion d'inter-communalité a son sens suivant ce que l'on observe. Lorsque 3 patelins situés à moins de 3 bornes et ayant qqs 100n d'administrés chacun ont un maire chacun, ça n'a pas grand sens. Les problématiques sont souvent les mêmes, les besoins également. Ainsi une gestion commune prend tout son sens. Je pars également du principe que nous sommes de plus en plus confrontés aux limites de notre système actuel. Soit nous attendons de les atteindre réellement, soit nous nous évertuons à réinventer un mode de fonctionnement plus conformes aux attentes et aux besoins.
  8. Il m'arrive de tirer dessus mais je me retrouve les pieds à l'air et me sens comme un con ... any tips ?
  9. Pas d'avis vraiment tranché sur la question mais je vais tout de même me faire l'avocat du diable. Partant du principe que le nombre de mandats est limité, cela pousserait peut être d'autres personnes aussi compétentes et peut être plus introverties à s'engager pour le bien commun. Je pense que nous sommes beaucoup à souhaiter nous engager sans que cela ne nous paraisse à la fois utile et surtout nécessaire. Si le contexte voulait que le renouvellement soit imposé et quelque part forcé, peut être que de nouvelles têtes pointeraient le bout de leur nez et que cela engagerait une nouvelle donne qui pourrait s'avouer être salutaire. Arrêter avec cette put**n de fausse profession d'élu et retrouver un véritable lien social entre les édiles et les administrés. Je prends mon exemple, mon maire est un put**n de sénateur-maire imbu de lui-même, qui a conduit ses mandats en fonction de ce qu'ils pouvaient lui amener. Cela-dit, jusque-là il est indétrônable et sent le vent tourné avant même que nous ne nous en rendions compte. Revenons aux fondamentaux. Le maire, l'édile est là pour administrer la localité. Agir pour ces concitoyens. Pas pour faire en sorte de le rester et agir pour se succéder à lui-même. Les compétences sont inépuisables autant que les morts de faim d'un pouvoir local qui finit par ne servir qu'eux mêmes. J'irai personnellement plus loin. 2 mandats consécutifs ou non maximum quel que soit le mandat. L'argument avancé disant que peu de personnes sont prêtes à se lancer est un argument fallacieux basé sur l'antériorité du système. Si réellement on souhaitait renouveler la caste politique / politicienne, non seulement on limiterait le nombre de mandats mais on instaurerait une révocation citoyenne afin que chaque postulant / élu ait bien conscience que s'il s'engage c'est bien dans l'intérêt commun, aussi difficile qu'il puisse être défendu, plutôt que dans l'intérêt personnel.
  10. P*tain, j'en connais qui vont se balancer d'eux même au bout d'une corde rien qu'à savoir qu'il va falloir attendre encore de longs mois !
  11. Fuuu, passer du récit de la perte d'une proche dans des circonstances on ne peut plus malheureuses et détestables, quand bien même sont-elles le reflet de la société qui est aujourd'hui la notre, à regarder et se plaindre d'une montée de son holothurisme sur le CP ... Je pense que pour beaucoup, les +1 étaient voués à te soutenir, marquer de la compassion. Si par contre, tu compares ces +1 à ceux qui ont pu être délivrés au récit d'une fuite dans un jacuzzi, décroche un peu, mec. Tu vas te faire du mal inutilement.
  12. Je vis un peu dans ce petit monde à part qu'est l'EN et je sais au combien il est difficile de faire bouger les choses. Les postes utilisés depuis 4 ans pour le protocole "plus de maitres que de classes" sont déjà affectés à une académie et rattachés à un DSDEN. Il va falloir les faire bouger, si je suis bien la logique en terme "emploi". D'où mon "mensonge" et mon "démagogie". C'est beau sur le papier. Reste à le concrétiser. Pour le coté, locaux, comme déjà dit plus haut, les ZEP / REP+ sont dans des zones surchargées en terme d'infrastructure, dans des communes qui ont fort à faire par ailleurs (l'entretien des locaux étant à leur charge). Je le répète, l'idée est innovante, louable mais elle me semble particulièrement naïve. J'aimerai me tromper ... vraiment. [HS] Sinon, arrêtez un peu de tout ramener aux idéologies défendues par chacun. C'est au mieux puéril, au pire inefficient. On a chacun nos convictions, des programmes ou des hommes / femmes qui nous plaisent, d'autres qui nous déplaisent. Mais on peut aussi faire preuve de critique envers ceux que l'on ne défend pas sans pour autant tomber dans l'abus et la critique vaine car dénuée de sens. Pour beaucoup, vous n'avez de cesse de renvoyer à la gueule des électeurs de Mélenchon le fait qu'il est perdu et ... je passe sur l'ensemble de ce que vous trouve(re)z à redire. Cela apporte quoi ? Concrètement ? Agacer, énerver parmi ses électeurs ceux qui sont encore un peu à vif (ou qui l'on peut être même toujours été) ? Je ne vois pas beaucoup d'humanité et encore moins d'intérêt dans cette attitude. Pas que cela soit une nécessité en soi, d'en faire preuve, d'humanité. Chacun agit comme il l'entend. Mais franchement, ça (vous) apporte quoi ? Personnellement, je préfère débattre sur les idées, les moyens employés. Les personnes qui sont aux manettes, on s'en cogne un peu, non ? [/HS]
  13. Pour les locaux, si c'est cette idée qui est retenue, ça fait un peu halluciner, pour la période en attente de meilleurs moyens. 2 enseignants pour une classe de 24. J'attends de voir comment ils réussiront mais encore, je laisse le bénéfice du doute vu que cela n'a jamais été pratiqué (peut-être à raison). On ne parlera pas des "nouveaux locaux" et de leur financement. Au détriment de quoi (si c'est à budget constant) ? Avec quels moyens ? Parce que construire des locaux et les entretenir c'est autrement plus onéreux que de s'engager sur 40 ans de carrière d'un enseignant. Vu les messages envoyés par Le Maire sur son souhait de gestion des finances publiques (à la sauce austérité), ça risque de faire des vagues au sein du gvt. Redéploiement de certains postes ? Quid ? Comment ? On redéploie les postes et ceux qui sont dessus ? Mis à part parachuter des primo-entrants tout juste sortir des ESPE, je ne vois pas comment ils trouveront 2200 instits prêts à partir en ZEP+. Si tu as plus d'infos que ce seul "redéploiement de postes" (qui ne veut pas dire grand chose sur le terrain) ...
  14. Espèce d'insoumis !!!!!!