SuperCaddy

CPiste
  • Messages

    13 352
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    109

Le dernier jour que SuperCaddy a gagné est le 16 Août

SuperCaddy a obtenu le plus de messages aimés !

À propos de SuperCaddy

  • Rang
    The Motherf*cker
  • Naissance 06/08/1982

Informations générales

  • Prénom
    Lénaïc
  • Sexe
    Homme
  • Ville de résidence
    Salopard Land
  • Site web

Visiteurs récents du profil

776 141 vues du profil
  1. NewsSeminole Hard Rock Poker Open : le Main Event pour Martin KozlovLe Seminole Hard Rock Poker Open se referme sur le sacre de Martin Kozlov aux dépens de Dylan Drazen. Le champion du WSOP 10 000 $ Six-Handed 2016 encaisse un gain de 754 000 $ et en profite pour signer la performance la plus lucrative de sa carrière. Le gros chèque du 25 500 $ High Roller revient quant à lui à l'Américain John Andress. [...] Lire la suite… (crédit : Seminole Hard Rock)
  2. NewsPokerStars Championship Barcelone : le retour des coveragesLa trêve estivale est officiellement terminée ! En Catalogne, les stars du circuit arrivent au compte-gouttes avec l'ambition de s'offrir un pique rouge. À partir de lundi, veunstyle sera lui aussi de la partie pour vous faire vivre ce PokerStars Championship Barcelone dans les meilleures conditions. [...] Lire la suite…
  3. NewsAlexandre Luneau : interview d'un jeune retraité des tables de pokerAlexandre Luneau n'est plus un joueur de poker professionnel. Après dix ans d'une irrésistible ascension jusqu'aux plus belles tables de cash game en ligne, le jeune trentenaire a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure. Ses projets, ses envies, les années Winamax, la quête avortée du bracelet WSOP, son regard sur son parcours : Alex nous dit tout dans un long entretien réalisé à Paris il y a dix jours. Une lecture à compléter avec celle de ses adieux au Team Pro. [...] Lire la suite… (photos Winamax)
  4. NewsMolly's Game : la bande-annonce du film avec Jessica ChastainL'adaptation sur grand écran des mémoires de Molly Bloom se dévoile à travers une première bande-annonce. Passée en quelques années du statut de serveuse à celui d'organisatrice multimillionnaire de parties de poker clandestines, la jeune femme y sera interprétée par Jessica Chastain. Idris Elba, Kevin Costner et Michael Cera figurent également au casting. [...] Lire la suite…
  5. NewsPokerStars Caribbean Adventure : le virage à 180 degrés de PokerStarsSi tu reviens j'annule tout, ou plutôt si j'annule tout tu reviens. C'est en substance le message qu'adresse PokerStars aux nostalgiques de son grand festival bahaméen. En janvier 2018, le PokerStars Caribbean Adventure retrouvera non seulement son nom, mais aussi son buy-in historique de 10 300 $. [...] Lire la suite…
  6. NewsPoker After Dark : Tom Dwan au casting de la nouvelle saisonEn annonçant le retour de Poker After Dark, Poker Central a réussi un joli coup. La plateforme récidive aujourd'hui avec la présentation du casting des trois premiers épisodes. Aux côtés de Daniel Negreanu, Antonio Esfandiari ou encore Doyle Brunson, Tom Dwan profitera de l'émission pour faire son retour au premier plan. [...] Lire la suite…
  7. NewsCircuit US : Jay Lee et Nick Schulman à l'honneurDe l'autre côté de l'Atlantique, le circuit live ne fait pas relâche. Deux événements y ont animé l'actualité ces derniers jours : le WPT Choctaw en Oklahoma et le Super High Roller du Seminole Hard Rock Poker Open en Floride. Le premier a sacré un amateur nommé Jay Lee, le second un professionnel en la personne de Nick Schulman. [...] Lire la suite…
  8. NewsSpin & Go Max : du hasard à tous les étages sur PokerStarsPokerStars vient de lancer à l'international Spin & Go Max, un format qui reprend les fondamentaux de son aîné et y ajoute des composantes aléatoires. Ces tables devraient faire leur entrée sur le marché français prochainement, une fois l'aval de l'ARJEL obtenu. [...] Lire la suite…
  9. NewsPetit Reporter : PonceP, de la Minute FU à WinamaxChroniqueur pour Club Poker Radio, commentateur pour Partouche, coach pour la Maison du Bluff... PonceP a parcouru un sacré bout de chemin depuis ses facéties de Petit Joueur devant la caméra de Tapis_volant. Aujourd'hui, Monsieur Minute FU ouvre une nouvelle page de son parcours : celle de journaliste auprès de Winamax. [...] Lire la suite… Petit Joueur a déserté les terrains de jeux
  10. Community Manager Poker (H/F) Webcaster Paris Sportifs (H/F) Responsable Technique Studio Streaming Vidéo (H/F)
  11. Depuis l’album News Club Poker

  12. WaSOP VIII : le top 10 du 550 € Main Event (612 inscriptions) 1. Benjamin Lehrer (France) - 39 419 € 2. Jérémy Baldisseri (France) - 27 862 € 3. Samuel Bovy (Belgique) - 23 482 € 4. Julien Baldassarré (France) - 22 795 € 5. Lauri Turpeinen (Finlande) - 21 723 € 6. Loïc Copus (Belgique) - 9 875 € 7. Andreas Gondrom (Allemagne) - 7 911 € 8. Djamal Boutaleb (France) - 6 318 € 9. Mohamed Kreri (Algérie) - 5 066 € 10. Thomas Schoonjans (Belgique) - 4 525 €
  13. NewsFrance, Espagne, Italie, Portugal : des marchés aux trajectoires semblablesS'ils n'affichent pas la même ancienneté, ni la même fiscalité ou le même périmètre, les marchés espagnol, français, italien et portugais du poker en ligne souffrent aujourd'hui tous de maux comparables. En attendant une prochaine redistribution des cartes, chacun d'entre eux enregistre une irrémédiable baisse de son activité cash game. [...] Lire la suite… "C'est une bonne situation ça, marché cloisonné ?"
  14. Pas supprimé non @Voj est récemment repassé nous rendre visite à la radio et @General_doc2 en a profité pour me faire découvrir cette perle entre deux verres. C'est dans le topic Le ridicule peut-il tuer ? : A une autre époque (avant même la v1 de CP) je squattais chez lui à Athènes. J'avais prévu de faire un petit AR vers Belgrade en bus voir de la famille. Et évidemment fauché comme un blé grec en période de sécheresse j'avais, ben rien quoi. skub me dépanne gentiment 15€ (on venait de passer à l'euro cet hiver là) qui représente l'intégralité de ma fortune en débarquant. On peut imaginer que pour une semaine de vacances ça fait pas beaucoup de sous, mais logé nourri blanchi dans la banlieue de Belgrade à l'époque pour de l'argent de poche ... ça fait beaucoup de pognon ... tant qu'on se contente de sortir local. Précision, la ligne de bus qui faisait l'AR Athènes-Belgrade (18h de bus avec les frontières à l'époque) était grecque. Ce qui était plutôt largement mieux qu'une ligne serbe ; peut-être 10 ou 15€ plus cher mais mieux ... en théorie... Car la théorie se heurtait en la matière sur un des deux chauffeurs monté à Lamia (ou Larissa, l'un des deux, bref une ville de Grèce continentale). Le bus était majoritairement composé de grecs, les chauffeurs étaient grecs et seul celui-ci gars quelques mots de serbe. Détail, il était fou. Complètement bargeot. Si bien que les quelques mots de serbe qu'il connaissait étaient "vos gueules!", "je vais vous frapper", "vous voulez la baston ?" etc.. Les serbes avec qui j'effectue l'aller, sûrement de la diaspora installée à Athènes, me disent que ce gars est connu comme le loup blanc. Qu'il a déjà cassé la gueule à une passagère. Que l'intégralité de la communauté serbe d'Athènes l'attend de pied ferme pour s'expliquer avec lui. Mais qu'il ne va jamais à Athènes ... et pour cause il débarque dans son patelin de Lamia (ou Larissa), qui n'est même pas un arrêt de la ligne (qui en Grèce ne s'arrête qu'à Thessalonique). Or donc voilà pour le chauffeur à l'aller (non je ne digresse pas). Je passe donc une semaine de vacances plutôt royale en banlieue de Belgrade. Avec l'intégralité de ma fortune, je peux payer des coups à boire, et même des bouteilles d'alcool le soir pour finir la soirée. Locales. Je n'y vais d'ailleurs pas par contre chemins, en bon petit con d'une vingtaine d'années juste dépassées. Je me bourre la gueule comme un salopiot. Avec de l'alcool. Local (l'alcool d'importation est autrement plus cher et aussi autrement plus simple à digérer). Je bouffe occasionnellement à des snacks locaux avec une réfrigération qui laisse à désirer manifestement (et il fait très facilement entre 35 et 40° absolument tous les jours). Bref, ce qui devait arriver est bien entendu arrivé. L'avant-veille de mon départ je gerbe de bon matin. Avec une chiasse plutôt carabinée. N'écoutant que mon cerveau qui a envie de continuer à faire la fête et non mon malheureux estomac, je continue le soir même. La veille de mon départ je re-gerbe et je suis franchement malade. Qu'à cela ne tienne j'en rajoute encore une bonne grosse couchasse. Et évidemment le jour du départ c'est l'horreur. Ma chiasse pue l'alcool, je vomis plusieurs fois, .. en un mot je suis malade. Il faut quitter l'apparte où je suis logé vers midi pour une arrivée prévue le lendemain vers la même heure... Comment tenir ? La mère de ma demi-soeur est infirmière. La solution est toute trouvée. Elle me passe une boîte de cachets, pour bloquer la chiasse (donc plutôt des immodium que des ercefuryl quoi.. ; le truc bloque mais ne soigne pas). J'arrive au bus vers 16h30, pour un départ à 18h (ça se passait comme ça pour les trajets internationaux à l'époque à Belgrade). Malade comme un chien. Pour épicer un peu le tout, je laisse mes derniers dinars à la famille, qui leur seront plus utiles qu'à moi. Je monte dans le bus à 17h. Mauvaise surprise : le chauffeur est le même qu'à l'aller. Bonne surprise : l'arrière du bus est fumeur. Etant un gros fumeur moi-même (et encore plus à l'époque qu'aujourd'hui) je ne puis que me réjouir. Le bus part. Je suis seul, à l'arrière (pas la dernière rangée, celle d'avant). Ca clope de partout et évidemment l'odeur de la clope allèche le fumeur. Qui ne peut que cloper. Problème : cloper c'est laxatif. Solution : j'ai mes cachets qui bloquent la chiasse. J'ai évidemment un mal de chien au bide, et cloper puis prendre un bloquant n'arrange pas les choses. Mais bon, je tiendrai bien jusque aux premières chiottes. Donc clopes, cachet, clopes, cachet, clopes, cachet.. La première pause se fait d'ailleurs bien attendre et le bus se remplit. le chauffeur taré menace "si vous clopez pas moins, baston". Clopes, cachet quand même, je m'en cague c'est le cas de le dire. Finalement la première pause arrive. Quelque part en Serbie du sud. Au crépuscule. L'endroit est isolé à souhait et ça pue franchement le luxe. Un vieux couple de paysans gère les toilettes de l'endroit, et une vieille babouchka avec un fichu vend du pq 10 dinars. Evidemment j'ai pas un sou et donc je perds du temps à taxer 10 dinars (quelques centimes d'euros tout au plus). J'arrive donc aux chiottes peu avant le départ du bus. A la turque évidemment. Et avec une propreté plus que douteuse évidemment. Et évidemment les cachets qui bloquent la chose marchent plutôt bien. Surtout quand on en a avalé une demi-boîte. Bref, pas moyen. Va falloir faire avec. On arrive à Leskovac. Ville assez sinistre de Serbie du sud. Derniers passagers qui montent avant les passages de frontière. J'étais sans voisin jusqu'à là. Malheureusement ce ne sera plus le cas. Mais dans mon malheur, j'ai le coup de cul d'avoir une voisine. Plutôt plus que charmante. 18 ans, 1m85 et à tomber raide dingue. Peut-être a-t-elle fini mannequin, si elle a réussi à sortir de son trou. Evidemment je ne me gène pas pour commencer à la dragouiller gentiment. Rien ne se fera, je le sais, mais pareil compagnie est si charmante. Clopes/cachets en attendant, et vogue la galère ! Plus tard (le bus ne marque pas d'arrêt, on passe non loin du Kosovo et on ne peut pas vraiment dire que la zone soit 100% safe à l'époque), bien plus tard on arrive à la frontière macédonienne. J'ai un mal de chien au bide, et je me suis retenu comme se peut. Problème : il y a un orage, comme seul savent être des orages dans les balkans en été. On est en zone de moyenne montagne, il a fait 40° toute la journée et c'est la nuit - plus fraîche. Bref c'est un déluge dehors. Le chauffeur taré nous dit "si pipi là bas". Sauf que là bas c'est le point chiottes en plein air de la frontière à 300m. Trois fois rien si on n'était pas complètement trempés rien qu'en sortant du bus. Bref je prends mon courage à deux mains et je cours jusqu'aux chiottes - j'aurais bien le temps de sécher plus tard. Et évidemment les dites chiottes sont inondées, la m**de flotte jusqu'à dehors, ça me fait quasi vomir un petit coup (les bloquants ne bloquent pas que la chiasse il faut croire) mais pas moyen d'effectuer ses besoins. Piteux je retourne au bus ; il est 1h du matin et il est probable qu'il faudra tenir jusqu'au petit matin. Clopes. Cachet. Dragouillage de la voisine. Cachet. On passe la frontière sans encombre. Suivent une heure et demie de route de montagne. Clopes. Cachet. Dragouillage de la voisine. Nausée, mal au ventre. Clopes. Cachet. Puis la frontière grecque. Puis encore une heure et demie de route à suivre jusqu'à Thessalonique. Clope. Cachet. Un quart d'heure avant l'arrivé à Thessalonique, je sens que ça va craquer. Je dis à ma très charmante voisine que peut-être faudrait-il qu'elle s'éloigne. Ca va pas et je suis malade. A peine a-t-elle fait deux mètres que je pars pour vomir. Sauf que je ne vomis pas comme je m'y attendais. J'explose. Littéralement. J'ai de la m**de qui déborde tant qu'elle m'en sors par le haut du jean et qu'elle imbibe le t-shirt. Et l'odeur est complètement méphitique. Ignoble. Marinée au cachet bloquant. Personne ne m'adresse la parole, d'ailleurs les gens évacuent les sièges à côté de moi, tellement ça pue. Enfin, le soleil se lève quand même et on arrive à Thessalonique. les trois-quarts du bus descendent (la Grèce du Nord est un lieu de vacances très prisé des serbes). Et il y a une pause petit-déjeuner dans une boulangerie immense. Evidemment je me précipite vers les toilettes où j'essaye tant bien que mal de m'essuyer. J'y passe deux rouleaux de pq avec des résultats guère probants. Il me semble bien que je bouche les chiottes, bah tant pis .. Je sors dehors, me demandant que faire. Tiens le boulanger sort et me gueule dessus. Vraiment. Evidemment je ne comprends pas un traître mot de grec et je ne puis intégralement profiter de ses insultes. Heureusement il y a des yougos à côté de moi, dont je leur demande si il parlent le grec. Oui ! Cool, ils vont pouvoir traduire.. "-Qu'est-ce qu'il dit ? - Là il insulte tout ton arbre généalogique - Ah, cool. Et quoi d'autre ? - Bah il veut que tu nettoies (on pouvait me suivre à la trace) - Ah, et je fais quoi ? - Bah tu t'en bas les couilles tu parles pas le grec ! - Ah cool, et je pourrais te demander un service ? - Oui bien sûr, dis-moi - Tu peux demander au chauffeur de m'ouvrir la soute, pour que je prenne mes affaires ? - Ouais ok je fais ça, par contre juste un truc... - Ouais ? - put**n mais moi il m'arrive un truc comme ça je suis mort de honte, je sais pas comment tu fais.. - Bah tu sais quand ça arrive, t'y peux rien.." Puis ouverture de la soute (le boulanger est parti nettoyer, j'en suis pas fier aujourd'hui). Evidemment comme je suis monté au premier arrêt mes bagages sont au fond de la soute.. Après avoir démonté la moitié de celle-ci je trouve mon sac à dos. Je récupère un jean et un t-shirt propres. Je m'éloigne du bus. Je jette mes fringues et je me retrouve à poil. Dans une ville où les avenues sont du moins à cet endroit là larges. Très larges. Avec beaucoup de circulation et pas mal de passants matinaux... Je finis par remonter dans le bus. Le chauffeur me tend un seau. Pas moyen d'esquiver ce coup-ci, on pouvait me suivre à la trace. Le retour sur Athènes fut assez calme. Heureusement skub avait eu la gentillesse de m'attendre à la gare routière. Je sentais encore pas bon. Une semaine de lit, j'ai failli être hospitalisé derrière. Le ridicule ne tue pas.