Bracelet 2005

Depuis juin 2014 et les superbes sacres de Pierre Milan et Hugo Pingray, aucun Français ne s'est signalé par une victoire sur une épreuve des World Series of Poker. On se sort les doigts du cul les gars ?

2014 : Hugo Pingray (WSOP 1 500 $ Monster Stack)

Hugo Pingray Winamax

Les résultats de la table finale (7 862 inscrits) :

1. Hugo Pingray 1 327 083 $

2. Joseph McKeehen 820 863 $

3. Sean Drake 619 521 $

4. Claas Segebrecht 468 594 $

5. Thayer Rasmussen 356 620 $

6. Lynne Beaumont 273 090 $

7. Bobby Byram 210 469 $

8. Zachary Gruneberg 163 238 $

9. Joshua Hillock 127 364 $

2014 : Pierre Milan (WSOP 2 500 $ NLHE)

Pierre Milan
Pierre et le fameux T-shirt prêté par "Kaytor".

Le 15 juin 2014, l'équipe de France réussit son entrée lors de la coupe du monde de football en étrillant la Honduras par trois buts à zéro. La nuit suivante, cette bonne nouvelle est suivie d'une seconde pour les supporters français : Pierre Milan met un terme à deux ans de disette tricolore dans l'Amazon Room.

 

L'aventure n'a pourtant pas été facile pour "Montoya", lanterne rouge du tournoi alors que sept joueurs demeuraient encore en course. Ce n'est qu'à force d'abnégation qu'il est parvenu à inverser la tendance pour retrouver les sommets du chip count et, surtout, boucler en une poignée de mains seulement l'élimination de ses deux derniers adversaires.

 

Jusqu'à ce superbe coup d'éclat, Pierre n'affichait qu'un palmarès clairsemé, avec en particulier une 4e place lors du Gold Championship des EFOP 2011. Oui mais voilà, il portait ce jour-là un vêtement fétiche qui avait déjà fait ses preuves : le T-shirt vert qu'arborait le Belge Michael Gathy lors de la conquête de ses deux bracelets. Il ne pouvait donc rien lui arriver !

 

Ajoutez-y une dédicace inattendue à son meilleur ennemi Gloub94 devant les caméras de Pokernews, dans la foulée de son couronnement et vous obtenez tous les ingrédients d'une victoire inattendue mais sacrément rafraîchissante pour le clan français !

 

Le classement de la table finale :

1. Pierre Milan 536 768 $

2. Justin Oliver 332 198 $

3. Matt Salsberg 207 842 $

4. Thad McNulty 150 859 $

5. Barry Hutter 111 368 $

6. Jamie Armstrong 83 486 $

7. Andy Phan 63 502 $

8. Daniel Laming 48 952 $

9. Sam Cohen 38 244 $

2013 : Roger Hairabedian (WSOP-E 2 200 € NLHE)

Roger Hairabedian
Et de deux !

S'agit-il du heads up le plus épique organisé sur le sol français ? Son casting de prestige en fait en tout cas un très sérieux concurrent : d'un côté notre Big Roger national, titulaire depuis un an d'un premier bracelet ; de l'autre Erik Seidel, véritable mastodonte de la planète poker comme le confirment ses neuf bracelets !

 

Sous l'œil de ses nombreux et bruyants supporters, le duel a finalement tourné à l'avantage du Marseillais pour un doublé historique. Jamais un joueur français n'avait jusqu'alors décroché deux bracelets. Assurément le grand événement de cette unique édition organisée à Enghien-les-Bains.

Les résultats de la table finale (337 inscrits) :

1. Roger Hairabedian 148 820 €

2. Erik Seidel 92 003 €

3. Kevin Song 67 118 €

4. Matan Krakow 49 784 €

5. Erwann Pecheux 37 052 €

6. Michael Watson 28 683 €

7. Max Greenwood 22 258 €

8. Ariel Bahia 17 521 €

9. Arnaud Peyroles 13 989 €

2013 : Darko Stojanovic (WSOP-E 5 300 € NLHE Mixed Max)

Darko Stojanovic
Darko lors de son heads up face à Dan O'Brien

Parmi les joueurs français de talent, Darko Stojanovic ne fait ni partie des plus illustres, ni des plus médiatisés. En revanche, tous ceux qui ont eu le malheur de croiser sa route aux tables saluent sa maîtrise et sa capacité à faire déjouer l'adversaire.

 

Daniel O'Brien, duelliste malheureux lors de ce tournoi de Mixed Max (disputé successivement en full ring, short-handed et enfin heads up), ne dira sans doute pas le contraire. Il était aux premières loges pour assister à la démonstration et au couronnement du Français, qui signait à cette occasion son coup d'éclat le plus marquant sur le circuit live. 24 heures avant qu'un autre mousquetaire ne fasse à son tour retentir la Marseillaise à Cannes.

Les résultats du tournoi (140 inscrits) :

1. Darko Stojanovic 188 160 €

2. Daniel O'Brien 116 280 €

3. Jason Mann 62 770 €

4. Noah Schwartz 62 770 €

5. Shannon Shorr 30 695 €

6. Jeremy Joseph 30 695 €

7. Jake Schwartz 30 695 €

8. Joe Kuether 30 695 €

2012 : Giovanni Rosadoni (WSOP-E 3 250 € NLHE Shootout)

Giovanni Rosadoni

La belle série tricolore se poursuit avec, dans la foulée du couronnement de Roger Hairabedian en Pot Limit Omaha, celui du discret Giovanni Rosadoni devant deux illustres Américains lors du tournoi Shootout.

 

Le Français d'origine italienne, peu coutumier des déplacements à Vegas, fait indéniablement partie des quelques joueurs qui ont su mettre à profit l'atterrissage en terre cannoise des World Series Of Poker Europe.

 

À noter également les performances pleines de promesses de deux jeunes pousses, Adrien Allain et Paul Guichard, respectivement 5e et 6e de ce tournoi qui avait rassemblé 141 participants.

Les résultats de la table finale :

1. Giovanni Rosadoni 107 614 €

2. Daniel O'Brien 66 503 €

3. John Monnette 48 177 €

4. Oleksii Kovalchuk 35 560 €

5. Adrien Allain 26 724 €

6. Paul Guichard 20 434 €

7. Roman Romanovskyi 15 890 €

8. Trond Aanensen 12 564 €

9. John Duthie 10 095 €

2012 : Roger Hairabedian (WSOP-E 5 300 € Pot Limit Omaha)

Roger Hairabedian
Et d'un !

En dépit de sa longue et fructueuse carrière, Big Roger n'avait encore jamais remporté de bracelet WSOP. À sa décharge, il faut dire que le roi incontesté du classement Live Poker n'avait jamais pris la peine non plus de traverser l'Atlantique pour visiter Las Vegas !

 

Il a donc fallu que les World Series viennent à lui, avec une seconde édition cannoise en 2012, pour que Roger ne déflore une bonne fois pour toutes cette partie de son palmarès. Une performance intervenue lors d'un tournoi de PLO au field réduit (97 inscrits), mais diablement relevé comme le confirme la présence conjuguée de Michael Mizrachi et Joe Hachem en table finale.

Les résultats de la table finale :

1. Roger Hairabedian 142 590 €

2. Ville Mattila 88 130 €

3. Michael Mizrachi 62 749 €

4. Jussi Ryynanen 45 581 €

5. Jussi Nevanlinna 33 765 €

6. Joe Hachem 25 490 €

2012 : Aubin Cazals (WSOP 5 000 $ Mixed Max)

Aubin Cazals
Aubin Cazals (crédit photo : wsop.fr)

Début juin 2012, la victoire d'Aubin Cazals lors de l'event n°6 prit une saveur particulière pour les membres du Club Poker. Et pour cause : c'était tout simplement l'un des leurs qui triomphait sur la plus grande scène de la planète poker.

 

Sous le pseudonyme de Kzouls31, Aubin a connu à ses débuts une trajectoire aussi rectiligne qu'époustouflante : de multiples victoires sur les tournois en ligne ; une transition réussie vers le cash game, que ce soit en Hold'em ou en Omaha ; et enfin une arrivée sur le circuit live couronnée de succès.

 

Quelques semaines avant le top départ des WSOP, il interrogeait ses compères du forum sur le concept de l'event n°6, un 5 000 $ Mixed Max. Ces derniers lui répondaient que le tournoi se disputerait en full ring lors du jour 1, en short-handed lors du jour 2, et enfin en heads up pour le jour 3. Nul n'aurait alors pu imaginer que la victoire finale de l'épreuve lui reviendrait.

 

Après avoir survécu au premier jour de compétition (409 entrants) puis au second, il éliminait pourtant successivement Eric Froehlich, Toby Lewis, Adam Geyer et enfin l'Australien Warwick Mirzikinian au terme d'un duel de plus de 9h. Cette durée record justifiait d'ailleurs le report au lendemain de la finale prévue face à Joseph Cheong, le November Nine 2010.

 

Soutenu par un clan français composé entre autres de Nicolas Cardyn, Hugo Lemaire, Claire Renaut et Ludovic Riehl, il faisait face à un adversaire qu'il jugerait par la suite insuffisamment agressif et ayant trop tendance à payer les 3bets.

 

Après 5h de face-à-face, en dépit de stacks encore équivalents, Cheong craquait le premier et s'envoyait en l'air avec une paire de quatre. Serein, Kzouls31 engageait son tapis face au 6bet shove de son adversaire et dévoilait une paire de rois. Suite à l'apparition d'un 3e roi, l'Américain était drawing dead dès le turn et Aubin pouvait exulter.

 

À 21 ans, il venait tout simplement de transformer son premier ITM aux WSOP en première victoire. Un superbe succès assorti d'un gain qui l'était tout autant : 480 564 dollars.

Le classement de la table finale :

1. Aubin Cazals 480 564 $

2. Joseph Cheong 296 956 $

3. Warwick Mirzikinian 162 443 $

4. Hugo Lemaire 162 443 $

5. Marvin Rettenmaier 68 151 $

6. Fabrizio Baldassari 68 151 $

7. Randy Haddox 68 151 $

8. Adam Geyer 68 151 $

2011 : Antonin Teisseire (WSOP 5 000 $ Triple Chance NLHE)

Antonin Teisseire (wsop)
Vous reprendrez bien un peu de Teisseire ? (crédit photo : wsop.com)

Lorsqu'Antonin Teisseire parvient à se hisser en table finale de l'event n°50 des World Series of Poker, l'édition 2011 est déjà marquée du sceau bleu-blanc-rouge. Quelques jours ou semaines plus tôt, ElkY, Elie Payan et Fabrice Soulier ont successivement remporté un bracelet.

 

Le membre du team Partouche bénéficie pourtant d'un soutien inégalable dans la tribune de spectateurs. Nicolas Levi, Pascal Perrault, Alain Roy, Davidi Kitai... tous sont venus l'encourager, avec en point de mire un 4e bracelet.

 

Revenus avec seulement trois adversaires à la table, après une interruption du jeu la veille pour cause d'horaire tardif, le Français ne va pas faire durer le plaisir très longtemps. Après avoir pris soin d'éliminer personnellement deux des trois derniers joueurs sur sa route, en une demi-heure seulement, Antonin se retrouve seul face à Darryl Ronconi.

 

Il dispose d'un capital de jetons équivalent à celui de l'Américain, mais la confrontation se déroulera pourtant à sens unique. Enfoncé au fond de son siège, les jambes allongées et les pieds nus, ce personnage atypique enchaine les mises en lançant ses poignées de jetons avec nonchalance, faisant preuve d'un relâchement sidérant pour qui ne l'a jamais vu jouer.

 

Après moins d'une heure de jeu, l'ultime de ses 816 adversaires rend les armes. Antonin peut laisser exploser sa joie en se jetant dans les bras qui se tendent vers lui dans le clan tricolore. Troisième du Partouche Poker Tour en 2008, il entre cette fois dans l'Histoire en décrochant le 9e bracelet du poker hexagonal.

 

Avec un gain de 825 604 dollars, il signe également la seconde performance française la plus lucrative des WSOP, après la 3e place d'Antoine Saout lors du main event en 2009.

Le classement de la table finale :

1. Antonin Teisseire 825 604 $

2. Darryl Ronconi 510 053 $

3. Adam Geyer 328 810 $

4. Eric Froehlich 240 876 $

5. Narendra Banwari 179 054 $

6. Vanessa Peng 134 895 $

7. Mikhail Yakovlev 102 870 $

8. Andrew Savitz 79 370 $

9. Jim Routos 61 899 $

2011 : Fabrice Soulier (WSOP 10 000 $ HORSE Championship)

Fabrice Soulier
Fabrice Soulier exulte en contemplant le board (crédit photo : wsop.com)

La palmarès de Fabrice Soulier s'est longtemps caractérisé par des victoires dans des side events et des accessits lors des tournois majeurs. Jusqu'au 25 juin 2011.

 

Deux ans plus tôt, l'ancien réalisateur d'émissions TV avait signé un nombre de places payées record lors des World Series of Poker : sept au total ! Quelques mois auparavant, il était monté sur le podium de la finale du Partouche Poker Tour. Mais aujourd'hui, sa performance prenait une toute autre saveur : Fabrice venait enfin de décrocher le bracelet après lequel il courait depuis plus de dix ans.

 

Au terme d'une table finale notamment fatale à Tom Dwan, il était non sans peine parvenu à se hisser jusqu'au heads up. Mais son adversaire, Shawn Buchanan, détenait les deux tiers des jetons en jeu. Un avantage qui tournait court : en quelques mains, Fabrice renversait la vapeur dans une ambiance électrique.

 

Alors qu'il s'apprêtait à porter l'estocade, le Français était malheureusement interrompu par les officiels : en raison de l'heure très tardive, le duel devrait reprendre le lendemain. Malgré un net avantage en jetons (6 290 000 contre 910 000), cet ajournement suscitait l'appréhension dans le clan français. La dynamique allait-elle s'inverser quelques heures plus tard ?

 

Il n'en fut heureusement rien. Dix minutes à peine après avoir fait son retour à la table, Fabrice mettait un terme à la confrontation et pouvait laisait exploser sa joie : il venait de remporter le troisième bracelet tricolore de l'édition WSOP 2011. Historique !

Le classement de la table finale :

1. Fabrice Soulier 609 130 $

2. Shawn Buchanan 376 458 $

3. Andrey Zaichenko 247 799 $

4. Daniel Ospina 180 750 $

5. Tom Dwan 134 480 $

6. Matthew Ashton 101 813 $

7. Michael Binger 78 328 $

8. Jacobo Fernandez 61 160 $

2011 : Elie Payan (WSOP 1 500 $ Pot Limit Omaha)

Elie Payan
Elie, peu avant sa victoire (crédit photo : wsop.com)

Il avait fallu douze ans aux joueurs français pour collecter cinq bracelets WSOP. Deux jours ont suffi pour que le total grimpe à sept unités.

 

La veille, la superbe victoire d'ElkY lors de l'event 21 avait quelque peu éclipsé la table finale réalisée par Elie Payan. Le jour J, cet amateur de l'Orléans Poker Club a donc eu la bonne idée de marcher dans les traces de son illustre modèle.

 

Jusqu'alors titulaire de résultats mineurs, Elie s'impose au terme du tournoi d'omaha qui a rassemblé le plus de participants durant toute l'histoire des World Series. Deux jours plus tôt, 1 071 joueurs se pressaient en effet dans les couloirs du Rio pour prendre part à l'épreuve. Un nombre d'entrants qui laisse rêveur et suscite d'autant plus d'admiration pour la performance du Français.

 

Auréolée d'un gain de 292 825 dollars, celle-ci en fait le 7e détenteur tricolore d'un bracelet WSOP. Et pour la toute première fois, une édition des World Series couronne deux vainqueurs français. Cocorico !

Les résultats de la table finale :

1. Elie Payan 292 825 $

2. Rafe Kibrit 181 222 $

3. David Sands 113 383 $

4. Juha Vilkki 82 297 $

5. Stephen Wolfe 60 754 $

6. Emil Patel 45 554 $

7. Cody Munger 34 642 $

8. Jeff Sarwer 26 704 $

9. Roland Israelashvili 20 863 $

2011 : Bertrand "ElkY" Grospellier (WSOP 10 000 $ Seven Card Stud Championship)

ElkY
ElkY radieux.

Parmi les sept bracelets WSOP tricolores, celui d'ElkY prend sans doute une saveur particulière. Avec cette victoire, le Français fait en effet son entrée dans le cercle très fermé des Triple Crown Champions.

 

Comme Gavin Griffin, Roland de Wolfe et Jake Cody avant lui, Bertrand a successivement remporté un titre EPT, un titre WPT et un bracelet WSOP, soit une victoire sur chacun des trois circuits majeurs.

 

Mieux, ElkY n'avait quasiment jamais disputé de tournoi en Seven Card Stud avant de décrocher son bracelet dans cette variante, à l'occasion de l'event 21 des WSOP 2011. Une anecdote qui ajoute un peu d'eau au moulin de ses nombreux supporters, pour lesquels le membre du team PokerStars ferait presque figure d'extraterrestre.

 

Pourtant, cette nouvelle victoire de l'ancien joueur de Starcraft s'est longuement faite désirer. Parvenu à prendre le meilleur sur 124 de ses 125 concurrents, ElkY a du batailler près de cinq heures pour dominer Steve Landfish, son ultime adversaire.

 

Après plusieurs renversements de situation, le duel penchait finalement en sa faveur, permettant à la poignée de supporters tricolores présents dans l'Amazon Room de laisser éclater leur joie.

Le classement de la table finale :

1. Bertrand ElkY Grospellier 331 639 $

2. Steve Landfish 204 924 $

3. Maxwell Troy 128 341 $

4. John Hennigan 92 928 $

5. Alexander Kostritsyn 72 627 $

6. Chad Brown 57 917 $

7. Kevin Tang 47 032 $

8. Chris Tryba 38 812 $

2010 : Vanessa Hellebuyck (WSOP 1 000 $ Ladies Championship)

Vanessa Hellebuyck
Une victoire rageuse (crédit photo : Hugues Fournaise)

Jusqu'à ce brillant coup d'éclat, Vanessa Hellebuyck n'avait que peu fait parler d'elle aux tables de poker. Alors membre de la (défunte) team Poker770, elle devenait pourtant en 2010 la première joueuse de l'Hexagone à remporter un tournoi dans l'Amazon Room du Rio.

 

Depuis 1977, les organisateurs des World Series ont systématiquement organisé un tournoi réservé aux joueuses (ou Ladies Event), d'abord disputé en Seven Card Stud puis plus tard en Hold'em. C'est sur ce tournoi que "Vanessa Hell" a obtenu la plus belle victoire de sa carrière en venant à bout de 1 053 adversaires.

 

Couronnée d'un gain de 192 132 dollars, cette performance s'est dessinée progressivement tout au long de la table finale. Sixième à l'amorce de celle-ci, la Française a dans un premier temps fait preuve de patience, avant de prendre la tête des opérations quand il ne restait plus que cinq joueuses en course.

 

Finalement forte d'un net avantage en jetons sur ses deux dernières adversaires, Timmi Derosa et Sidsel Boesen, Vanessa n'a pas tremblé. Victorieuse avec brio, elle demeure à ce jour la seule Française à avoir remporté un bracelet WSOP.

 

Le classement de la table finale :

1. Vanessa Hellebuyck 192 132 $

2. Sidsel Boesen 118 897 $

3. Timmi Derosa 74 389 $

4. Allison Whalen 53 994 $

5. Kami Chisholm 39 860 $

6. Holly Hodge 29 880 $

7. La Sengphet 22 728 $

8. Bonnie Overfield 17 520 $

9. Loren Watterworth 13 688 $

2008 : David Benyamine (WSOP 10 000 $ Omaha Hi Lo Split Championship)

Benyamine et son bracelet
David a de bonnes raisons d'avoir le sourire.

Lorsque la 39e édition des World Series of Poker débute en 2008, cela fait déjà dix ans que plus aucun joueur français n'a remporté un bracelet WSOP.

 

À titre personnel, David Benyamine ne s'est lui-même que peu illustré à l'occasion de la grand-messe annuelle, en dehors d'une table finale et d'une place payée l'année précédente. Adepte talentueux de cash game avant tout, le Français est d'ailleurs régulièrement moqué par ses collègues de la Bobby's Room pour son palmarès clairsemé en tournoi.

 

C'est une ultime pique de ce type qui emporte sa décision de disputer davantage de tournois, à commencer par des events WSOP. Un changement d'état d'esprit salutaire : après deux tables finales infructueuses (dont un podium), David se retrouve à nouveau à la dernière table d'un event, le 10 000 $ Omaha Hi Lo Split Championship.

 

La composition de celle-ci est particulièrement relevée. Parmi les 235 joueurs au départ, demeurent notamment en course Mike Matusow, Ram Vaswani ou encore Eugene Katchalov.

 

Autant d'adversaires prestigieux qui cédent finalement avant le Français qui, au terme du heads up l'opposant à Greg Jamison, se voit récompensé d'un gain de 535 678 dollars. Et surtout, du 4e bracelet de l'Histoire du poker tricolore.

Le classement de la table finale :

1. David Benyamine 535 678 $

2. Greg Jamison 331 350 $

3. Jason Gray 209 855 $

4. Alfredo Leonidas 171 198 $

5. Mike Matusow 138 063 $

6. Ram Vaswani 110 450 $

7. Eugene Katchalov 88 360 $

8. David Chiu 71 793 $

9. Hieu Ma 55 225 $

10. Berry Johnston 38 658 $

1998 : Patrick Bruel (WSOP 5 000 $ Limit Hold'em)

Patrick Bruel (de dos, SuperCaddy)
Faute d'une photo de la victoire de 1998 (elles sont extrêmement rares), celle-ci immortalise Patrick Bruel aux côtés, de dos, d'une star internationale du Club Poker (crédit photo : Hugues Fournaise)

Losque vous avez le malheur de glisser à une nouvelle connaissance que vous êtes un grand amateur de poker, une question vous revient invariablement comme un boomerang : "Il est vraiment bon, Bruel ?".

 

Naturellement, les variantes sont nombreuses : "T'as déjà joué avec Bruel ?" ou encore "Il est toujours champion du monde ?". Répondre à ces interrogations est un passage obligé pour tout joueur de poker. La faute au 3e bracelet WSOP français qu'a conquis le chanteur en 1998.

 

Car non, l'interprète de "Casser la voix" ne fut jamais champion du monde. Seules quelques épreuves des World Series, nommées Championship, ouvrent en effet droit à ce titre.

 

Ses détracteurs ajouteront que pour décrocher son bracelet, Patrick n'a du dominer que 111 adversaires. Ce serait oublier, toutefois, que de nombreux tournois des WSOP contemporains n'attirent pas des fields plus nombreux. À titre d'exemple, ElkY a en 2011 surpassé 125 joueurs pour remporter son bracelet.

 

Du reste, la composition de la table finale du 5 000 $ Limit Hold'em de 1998 atteste de la jolie performance réalisée par Bruel. John Cernuto, Men Nguyen, Dan Alspach ou encore Kevin McBride, dauphin de Scotty Nguyen au terme du main event quelques jours plus tard... tous avaient alors rendu les armes face au commentateur du World Poker Tour.

 

Quatre ans plus tard, Patrick sera d'ailleurs tout près de rééditer l'exploit lors des WSOP 2002, avant de se classer finalement second du 5 000 $ Pot Limit Omaha.

Le classement de la table finale :

1. Patrick Bruel 224 000 $

2. Robert Redman 112 000 $

3. John Cernuto 56 000 $

4. Men Nguyen - 33 600 $

5. Kevin McBride 25 200 $

6. Sam Grizzle 19 600 $

7. Anthony Tran 14 000 $

8. John Bonetti 11 200 $

9. Dan Alspach 8 960 $

1997 : Claude Cohen (WSOP 1 500 $ Limit Omaha)

Claude Cohen
Claude Cohen lors des WSOP 2008 (crédit photo : Benjo/Winamax)

Le 24 avril 1997 marque la fin d'une période de neuf ans de disette française lors des World Series of Poker.

 

Claude Cohen ne joue alors au poker que depuis quelques années. Il est avant tout un adepte de cash game, qu'il pratique essentiellement en club. Ses résultats en tournoi se limitent à quelques petites performances sur le circuit français.

 

Pourtant, ce véritable passionné va peu à peu faire du poker sa principale source de revenu. Naturellement, la victoire décrochée en 1997 à Las Vegas, après être venu à bout de 183 adversaires, n'y est pas étrangère.

 

Pour l'anecdote, c'est à un tournoi de Pot Limit Omaha (et non de Limit) que Claude Cohen pensait initialement s'être inscrit, avant de s'étonner durant les premières mains des montants peu académiques des relances de ses adversaires. Contre toute attente, cette erreur de jugement ne lui a finalement pas porté préjudice.

 

Depuis, Claude a également réalisé des performances régulières lors des WSOP entre 2004 et 2009. À l'image du tournoi durant lequel il a remporté son bracelet, c'est à l'occasion d'events disputés en omaha, sa variante de prédilection, qu'il a obtenu ses résultats les plus significatifs.

 

Dans un autre registre, Claude fut également l'une des premières personnalités à répondre par deux fois à l'invitation de Club Poker Radio, et ce dès la première saison de l'émission.

Le classement de la table finale :

1. Claude Cohen 110 400 $

2. Frankie Havard 55 200 $

3. Fred Roll 27 600 $

4. Bruce Van Horn 17 940 $

5. Bill Randels 13 800 $

6. Michael Zanghi 9 660 $

7. Linda Ryke-Drucker 6 900 $

8. Jimmy Holland 5 520 $

9. Gene Fisher 4 140 $

1988 : Gilbert Gross (WSOP 2 500 $ Pot Limit Omaha)

Gilbert Gross après sa victoire

Lorsque l'on tape le nom de Gilbert Gross sur Google, la plupart des résultats font référence à ses talents d'homme d'affaires plutôt que ceux de joueur de poker. Le premier vainqueur français d'un bracelet WSOP est en effet avant tout un créateur d'entreprises averti.

 

En 1988, année qui voyait la 2e victoire de rang de Johnny Chan à l'issue du main event, Gilbert gagnait pourtant ses lettres de noblesse aux tables dans un 2 500 $ Pot Limit Omaha. Bien que le field du tournoi comptait 111 unités, il convient de préciser que plusieurs sources font état d'un nombre de 71 rebuys durant les premiers niveaux.

 

Un format particulier qui, manifestement, a réussi à l'homme d'affaires. Vainqueur d'une table finale à laquelle était notamment assis Steve Zolotow, Gilbert Gross remportait alors un gain de 181 000 dollars.

 

Depuis cette date, il a continué d'écumer le circuit franco-américain durant quelques années, avant qu'un ultime résultat obtenu en 2003 ne signe la mise en sommeil de sa fiche Hendon Mob.

Le classement de la table finale :

1. Gilbert Gross 181 000 $

2. Hugh Todd 113 125 $

3. Gene Fisher 45 250 $

4. Noel Atherley 27 150 $

5. Steve Zolotow 24 888 $

6. Hal Kant 20 362 $

7. Jay Heimowitz 18 100 $

8. Perry Green 13 575 $

9. Berry Johnston 9 050 $

Bonus : l'interview de Gilbert Gross réalisée en 2004 par __Q__

Gilbert Gross est le 1er champion du monde de l’Histoire du poker français. Il a gagné le WSOP Pot Limit Omaha (2 500 $) en 1988, en battant 110 autres joueurs. Modeste, Gilbert explique qu’il a eu de la chance d’affronter un amateur plutôt qu’un pro en heads up, surtout qu’ils étaient tous les deux à bout de force après des heures de jeu.

 

Gilbert, déjà fier et satisfait de se retrouver au moins 2e avec 238 000 jetons devant lui et 12 000 pour son adversaire, décide alors de pousser à tous les coups sans regarder ses cartes pour rentrer se coucher :

1er coup : son adversaire passe à 24 000

2e coup : 48 000

3e coup : Gilbert pousse les 48 000 et enfin l’emporte. La France tient son 1er champion !

 

Depuis cette année 1988, il se rend chaque année à Vegas pendant les WSOP et s’est retrouvé dans les places payées à plusieurs reprises.

 

Aujourd’hui toujours actif en tant que fondateur de l’entreprise qu’il a créée en 1967, Gilbert a gentiment accepté de nous consacrer quelques minutes pour répondre à une interview.

 

__Q__ : D’où vient votre passion pour le poker ?

 

Gilbert Gross : Au service militaire, on nous donnait des cigarettes. Or je n’ai jamais fumé, donc je les jouais au poker avec mes compagnons. A l’époque, c’était le poker français : le fermé.

 

J‘ai ensuite eu la chance d’épouser ma femme qui adorait également le poker, et nous jouions 2 à 3 fois par semaine chez un ami avocat. Mais nous étions dans les années 50 et je n’avais pas encore d’argent et les parties prenaient des dimensions trop grandes, pouvant atteindre des écarts égaux à un mois de salaire en une soirée. Ainsi avons-nous décidé de ralentir le rythme.

 

Puis une année, un ami chef de publicité dans un grand magazine nous a invités ma femme et moi à faire un tour du monde en avion. On passait par Las Vegas, ce qui dans un premier temps m’a mis hors de moi parce que ce n’était vraiment pas ce que j’avais envie de voir aux Etats-Unis… Je suis allé au Binion Horseshoe et là, j’ai été complètement ébloui. Depuis j’y retourne régulièrement (Note de __Q__ : en 2004 ce sera difficile, Gilbert a appris avec stupéfaction la fermeture du casino des WSOP).

 

Pensez-vous, comme le décrit un article publié dans les Echos, que "le talent des affaires se révèle aussi au poker" ?

 

Il me semble. Comme au poker, il faut avoir de nerfs d’acier dans les affaires. C’est vrai également que le poker permet d’observer, et de voir les tics de chacun, car tout le monde en a. Je pense notamment à un ami avec qui je joue régulièrement et qui fait systématiquement « oh merde ! » quand la dernière carte ouverte lui convient ! On sait alors qu’il faut se coucher !!!

 

Quelles sont vos variantes préférées ?

 

1 : 7 Stud Hi-Lo

2 : Hold’em NL

3 : Omaha PL

 

(Note de __Q__ : Gilbert m’a d’ailleurs donné un secret (qu’un pro de Vegas lui a livré) qui est la clé pour gagner au Stud Hi-Lo. Mais comme je viens de vous dire, c’est un secret !)

 

Avez-vous constaté une amélioration du niveau de jeu depuis quelques années ?

 

Considérablement ! Il y a des jeunes extraordinaires ! Avec Internet, les revues et les livres sur le poker, il y a tant d’informations…

 

Que pensez-vous du poker online ?

 

Je n’y joue pas du tout.

 

Quels sont vos endroits favoris pour jouer au poker ?

 

Les parties privées ou alors Las Vegas. Je joue très peu au 104 (Note de __Q__ : l’ACF) parce qu’en France l’image du poker est très mauvaise. C’est donc très délicat pour moi qui suis en relation avec des clients très importants. En 1988 après ma victoire aux WSOP, un journaliste a écrit un article sur moi contre mon gré, ce qui a pu être gênant dans certaines situations.

 

Depuis que vous jouez au poker, vous avez rencontré des centaines voire des milliers de joueurs. Quels sont ceux qui vous ont le plus impressionné ?

 

Johnny Chan, TJ Cloutier et Scotty N’Guyen.

 

Merci Gilbert !

Sommaire des articles : Joueurs français

Les détenteurs français d'un bracelet WSOP

Bracelet 2005

Depuis juin 2014 et les superbes sacres de Pierre Milan et Hugo Pingray, aucun Français ne s'est signalé par une victoire sur une épreuve des World Series of Poker. On se sort les doigts du cul les gars ?

David Benyamine : une passion dévorante

David Denyamine, quatre en un

Dans l'ombre de lui-même et pourtant toujours sous les feux de la rampe de ses milliers de fans, David Benyamine mène une vie discrète et silencieuse, malgré les montagnes russes que parcourt son compte en banque. Le poker est comme une espèce de vice créé pour lui, cet homme énigmatique en pleine force de l'âge.

Patrick Bruel, le showman

Patrick Bruel

Plus connu du grand public dans son costume d'artiste, Patrick Bruel est également, de longue date, l'un des principaux artisans du développement du poker en France.

ElkY, le champion 2.0

ElkY

S'il ne devait en rester qu'un parmi les stars françaises du circuit, alors ce serait sans doute lui. Originaire de Melun, ce trentenaire est aujourd'hui plus connu sous le pseudonyme ElkY, inspiré d'un personnage de jeu de rôles, que sous son nom de baptême.

Dans la même rubrique
Dernières news People in poker
jeudi 28 décembre 2017 à 7:55
Télex

Gaëtan Cauchy est décédé dans la nuit de mardi à mercredi dans un accident de voiture. Âgé de 38 ans, ce grand habitué des casinos italiens et du sud de la France venait de signer sa plus belle performance, en octobre, en se hissant à la 9e place du Colossus des WSOP Europe. L'équipe du Club Poker se joint à ses membres pour transmettre à ses proches ses sincères condoléances.

Inscription Club Poker
Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Prochains Tournois Club Poker
Venez jouer des tournois à l'ambiance détendue, avec la communauté Club Poker :
Aucun Tournoi de poker en ligne n'est actuellement prévu.
278 points
2.
232 points
3.
173 points
4.
157 points
5.
156 points
Tournois États-Unis
125 $
ven. 19 janv. 2018 - 17:00
65 $
ven. 19 janv. 2018 - 17:30
8 000 $ garantis
60 $
ven. 19 janv. 2018 - 18:00
150 $
ven. 19 janv. 2018 - 18:00
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.